L’accroc

C’est la saison humide.

Il pleut tout le temps. (Je l’ai déjà évoqué l’année dernière. Je ne recommence pas: je ne vais pas me plaindre tous les ans.)

Bref, impossible de faire sécher la lessive. Tout sent le renfermé. Je n’ai plus un habit propre. Enfin si, il me reste un short avec un accroc au niveau de la fesse droite, stigmate d’un clou mal enfoncé dans notre parquet capricieux. Celui-là, il m’a déjà coûté trois fonds de culotte!

Petit-Deux n’est guère mieux loti. En plus de la saison des pluies, il n’arrête pas de grandir. C’est très contrariant pour sa garde robe: elle refuse de le suivre.

accroc

J’ai raclé les fonds de tiroir de son ainé, et je lui ai finalement trouvé un truc. J’ai dû déployer des trésors d’éloquence, parce que porter des fringues de son frère c’est nul et ça pue. Pire, il y avait un trou à la fesse droite. Vives protestations. Petit-Deux est tatillon. Il déteste porter des vêtements abîmés. Idée de génie, je lui montre mon propre accroc. Direct, ça change la donne! On est copains de trous! On se fait des clins d’œil, on se les regarde et on se les compare. Quelle complicité!

Là-dessus arrive Madame Ito, ma voisine japonaise parfaite.

(Je vous en ai parlé ici, et j’ai également évoqué Monsieur Ito là). En plus d’être vraiment très gentille, Madame Ito est toujours bien habillée et bien coiffée. C’est naturel chez elle. Quand elle marche, on dirait qu’elle flotte dans l’air. Quand elle parle on dirait qu’elle chante. Elle ne transpire pas à grosses gouttes quand il fait chaud. Et ne halète pas comme un phoque par temps de canicule, quand elle court après ses enfants. D’ailleurs, même ses enfants sont parfaits, policés, organisés, bien habillés et bien coiffés. Sans tâches de sauce tomate ou de Nutella. Sans miettes de gâteau dans les cheveux.

Les garçons et moi aimons beaucoup la famille Ito. Nous nous réjouissions depuis plusieurs jours de l’activité « pâte à sel », justement prévue pour l’après-midi. En prévision, depuis le matin, j’avais rangé, poli, briqué la maison. J’étais plutôt contente du résultat. Jusqu’à ce que je réalise qu’on avait une semaine de boîtes de pot de yaourts vides, en évidence sur l’étagère, rapport à un projet de science en cours. Qu’il faisait cinquante degrés parce que j’avais oublié de remettre la clim après avoir découpé des confettis de papier vitrail. Papier vitrail dont il restait d’ailleurs des petits bouts dans le coin à côté de l’armoire. J’avais mal regardé. Les coins, c’est traître.

accroc

De toute façon, c’était trop tard.

La famille Ito était là. J’ai discrètement récupéré les ciseaux avec lesquels Miss-Trois était en train de jouer. Quand il n’y a pas de témoins, je la laisse faire: ça l’occupe bien et elle ne se coupe pas trop. Mais du coup, ça l’a frustrée. Elle est partie déterrer un goûter vieux de quelques jours dans les plis du canapé. Crotte. J’avais mal regardé. Le canapé, c’est traître. D’un air dégagé, j’ai fait disparaître le pain mâchonné. Je suis une maîtresse de maison en carton. Et pourtant je m’étais appliquée.

On est passés à notre activité bricolage. Mon point fort. J’avais bien anticipé. Géré les proportions, les coloris et les mélanges. La pâte à sel, je maîtrise drôlement bien! Madame Ito a eu l’air très positivement impressionnée! Tout rentrait dans l’ordre. Du coup, profitant d’un instant de relâche, Petit-Deux, qui aime vraiment beaucoup Madame Ito, s’est mis à tailler la bavette…

accroc

Partagez l'article... Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterEmail this to someone

22 réflexions sur « L’accroc »

  1. Ah vraiment, ton anecdote est géniale ! Copains d’accroc avec ton fils qui évidemment vend la mèche à la parfaite Mme Ito (je reconnais bien là les Japonais qui m’entourent), c’est super drôle et tes dessins toujours aussi sympas ! Parfois, les enfants ont le chic pour dire ce qu’il ne faut pas, mais qu’est-ce que c’est amusant après coup ou pour les autres !

    1. Petit-Deux n’a pas sa langue dans la poche… J’aurais du me douter que je risquais un coup tordu, mais je reste a chaque fois si naive 😉
      Cotoyer Mme Ito ainsi que quelques autres Mamans japonaises me donne tres souvent des envie de Japon… Qui sait?… Peut-etre un jour 🙂

    1. Les culottes sales, ca va, je gere encore… En revanche, je pourchasse toujours les enfants pour qu’ils ferment la porte des toilettes, quand on est en bonne compagnie… Ca n’arrive que chez moi ou tu connais aussi?… 😀

      1. Pas ce souci : personne ne voit s’ils laissent la porte ouverte. L’autre jour j’ai pas réussi à faire la photo que je voulais par contre : j’étais tranquillement à mon affaire en jouant à jeu sur mon téléphone quand le petit est venu s’installer sur le pot en face de moi (je ne ferme plus la porte depuis…. longtemps). Il a appelé sa soeur pour qu’elle lui face la ‘lecture’. du coup son frère est venu aussi.
        La tête de mon mari quand il a vu qu’on était regroupés sur ces 2m² valait son pesant de cacaouette (mais il s’est planqué quand j’ai sorti l’appareil photo)
        .

  2. ahahahhahhaaa !!!!!
    tellement drôle !
    Tu sais, je laisse ma fille jouer avec n’importe quoi tant que ça l’occupe… et on pourrait aussi nourrir très honorablement une famille de 6 personnes avec ce qui doit se trouver sous mon canapé… 😀

  3. Oh morte de rire, j’adore Mme Ito. Je croise tous les jours les voisins, les cousins et les amis de Mme Ito au Japon, c’est fou ce qu’ils sont propres, bien coiffés et bien polis par ici (surtout comparé à nos enfants qui étaient tâchés de chocolat dès le deuxième jour, sur le seul gilet qu’on leur avait amené évidemment. Bref, mes enfants français sont tout sales au Japon (et moi j’ai du bavouilli et de la morve de bébé sur mes t-shirts noirs. J’espère que Mme Ito ne parle pas trop à ses cousins Kyotoïtes de sa voisine de Thaïlande sinon notre réputation est faite 😉 ).

    1. Oh! Le coup du chocolat! Chez nous aussi, ca arrive toujours (et surtout) lorsque nous sommes entoures de Japonais! Je trouve ca encore pire, d’ailleurs, quand les gens sont tellement polis qu’ils font comme s’ils n’avaient rien remarque!
      J’ai hate que vous nous racontiez « votre » Japon!

    1. Ca garcon est un vrai soleil, liant, joyeux… et bavard comme pas possible!
      Finalement, on est complementaire avec les voisins… c’est toujours moi qui ai l’idee de faire des activites salissantes… mais j’aime beaucoup ca! Tiens, tu viens de me donner l’idee de faire du platre! Ca me branche bien! Va falloir que je trouve une idee de projet! (Mais on fera peut etre ca dans le jardin, tout de meme…)

    1. Oh, je suis desolee pour Perluette… mais tres flattee que tu aies ri au point de la reveiller 🙂
      Reponse de fille pas tres ecolo: j’ai un seche-linge, mais on attend toujours la derniere extremite pour l’utiliser. Quand il pleut on reporte les lessives le plus longtemps possible en attendant le soleil… Et la on n’avait pas tres bien calcule…

Un petit commentaire me fait toujours plaisir...