«

»

Sep 16

Le Bateau de Guerre – Rayong

A onze jours, Miss-Trois a visité un bateau de guerre. C’était notre première escapade à cinq.

Nous sommes partis un peu à l’improviste. Besoin de changer d’air et de fuir le couvercle de pluie qui enserrait notre région. Besoin de nous retrouver en famille après le séjour à la maternité. Besoin de redonner aux deux grands frères les repères connus de nos balades dominicales. Et surtout, envie de se faire plaisir, tous ensembles.

HTMS Prasae

Je vous parlerai ici des jolis lieux parcourus, des retrouvailles en famille et du bonheur de renouer avec nos délicieuses balades. Niveau organisation, c’est passé mais on a un peu galéré. Restent des ajustements et des progrès à faire. Va falloir retrouver nos reflexes! Je prépare un billet sur ce thème, pour très bientôt… entre deux tétées!

 

Comment on a failli ne jamais arriver…

On a fait les bagages, trouvé et réservé un petit hôtel pour la nuit et c’est parti mon kiki!

« T’as de l’argent au fait? » Euh non… Toi pas? C’est là qu’on a réalisé qu’en plus, on avait perdu la carte bancaire de Papa-Tout-Terrain. Qui, quand et comment? Nous ne saurons jamais. On a tourné deux heures et demie dans les bleds alentours pour trouver une banque en état de fonctionner. Le système informatique de la première avait lâché. La deuxième ne reconnaissait pas le code barre du livret bancaire. Nous n’avons pas trouvé la troisième indiquée sur la carte. La quatrième a été la bonne.

Papa-Tout-Terrain nous a largués sur le parking. (Si vous vous rappelez la façon dont les sièges auto sont entassés dans le véhicule, vous comprenez pourquoi on n’avait pas la motivation de détacher les enfants). Entre la file d’attente et les employés qui ne parlaient quasiment pas anglais -mais qui, par chance, étaient très prévenants- Papa-Tout-Terrain en a eu pour une bonne heure. Cette heure, les deux garçons l’ont d’ailleurs bien employée à négocier avec moi des bonbons, en échange d’un calme relatif, rapport à Miss-Trois qui essayait de dormir.

Quand Papa-Tout-Terrain est revenu, on a sérieusement hésité à jeter l’éponge, à rentrer à la maison, se tanner dans le canapé et se désoler en faisant les loques devant la télé. (À ce propos, vous ai-je dit que Papa-Tout-Terrain avait justement encore une conjonctivite ce jour là?)

« Manque plus qu’on crève un pneu » a-t-il râlé pour la forme. Mais heureusement, on n’a pas crevé.

 

La curieuse destinée du HTMS Prasae

A la frontière des provinces de Rayong et Chanthaburi, Papa-Tout-Terrain avait repéré un navire de guerre. Techniquement je ne pourrais pas en dire grand-chose, mais en tout cas il se visite, depuis qu’il a été reformé, et c’est assez rare pour mériter le détour!

HTMS Prasae

J’aime bien l’histoire de ce bateau, alors je vais vous la raconter. Au départ, il a été construit à l’intention de l’US Navy, durant la deuxième guerre mondiale. En 1945, il a été transféré à l’armée soviétique, pour combattre aux côtés des Américains contre le Japon. Seulement voilà, quand il est arrivé chez les Russes, la guerre était déjà finie. Et bien vite, les Américains et les Russes n’ont plus été tres copains. Du coup les Américains ont voulu récupérer leur bateau. Mais comme les Russes n’étaient pas hyper coopératifs, ça a trainé jusqu’en 1949.

De 1949 à 1951, les Américains ont envoyé le bateau faire la guerre en Corée, avant de le donner a la Thaïlande, alliée contre la Corée. C’est en Thaïlande que le navire a finalement obtenu son ultime nom, le HTMS Prasae.

Le bateau a ensuite vécu une paisible vie militaire jusqu’à devenir mémorial, en 2003. Il est aujourd’hui à sec sur la terre ferme, mais a priori toujours plein de munitions, si bien que certaines de ses salles ne se visitent pas.

 

Navire de guerre et yeux d’enfants

Entrer dans ce bateau, c’est un peu comme entrer dans un livre d’histoire militaire. J’ignorais que ce genre de bâtiments, même reformés, se visitait seulement. Petit-Un est captivé par la hune: « Dis on pourra monter sur la Tour Eiffel? » A notre grand effroi, Petit-Deux escalade à toute vitesse l’échelle métallique qui mène sur le pont principal. Ils veulent tout voir. Ils ont l’air de jeunes chiens fous dont Papa-Tout-Terrain a bien du mal à contenir l’enthousiasme.

On monte a bord du HTMS Prasae

On jette un coup d’œil dans les cabines. Tout cela n’a pas l’air bien confortable. A la proue, on a une vue magnifique sur la mer. Dans ma tête je me refais Titanic, à la romantique et tout, quand la voix sévère de Papa-Tout-Terrain me fait sursauter: « Petit-Deux, il est in-ter-dit de s’approcher des barrières! » Effectivement, c’est l’une des failles d’un bateau de guerre: rien n’y est très sécurisé pour les enfants.

Du pont superieur de HTMS Prasae

Le navire est plein d’escaliers, de demi-ponts imbriqués et de recoins improbables. On monte, on redescend. A chaque plate-forme, on découvre une arme différente. Elles sont sacrément grosses, tout de même! Et même le fait d’être assez tièdes vis a vis du militaire en général ne nous empêche pas de nous enthousiasmer!

Du haut de la cabine du pilote…

Dans son sling, Miss-Trois commence à me tenir un peu chaud. Il faut dire qu’il n’y a pas un poil de vent sur le bateau et qu’avec la saison des pluies, l’humidité de l’air est à son paroxysme. En attendant nos petits hommes, nous nous refugions à l’ombre, sur une grosse caisse de munitions. (La caisse de munition est dans l’esprit du récit, mais c’est une liberté narrative. Pour de vrai, on s’est assises sur un truc de ferraille du bateau que je suis incapable de nommer.)

Cabine de pilotage du HTMS Prasae

Les courageux terminent la visite par le pont le plus élevé et la cabine de pilotage. Papa-Tout-Terrain est très surpris par l’exigüité du local. Il n’y reste malheureusement presque rien de l’appareillage d’origine.

Village de pecheurs sur la riviere Prasae

En revanche, vus du haut, les environs sont magnifiques. De là, on distingue un petit village de pêcheurs qui dort à l’orée d’une mangrove épaisse. Vous avez remarqué que nous adorons les mangroves et les villages de pêcheurs? Car les villages de pêcheurs font toujours des photos charmantes, pleines de couleurs dont le chatoyant s’est à peine terni, comme blotti un pied dans le passé. Et des mangroves, nous aimons les clairs-obscurs, les racines inextricables, les sentiers touffus, où chaque pas nous mène à une nouvelle découverte végétale ou animale. Nous ne pouvons pas louper ça. Sitôt la visite du bateau bouclée, nous partons y jeter un coup d’œil.

 

Petites mangroves pour gens fatigables

Deux parcours distincts permettent de sillonner la mangrove de l’embouchure de la rivière Prasae. Un court parcours pédagogique, avec panneaux informatifs et stations d’observations, semble majoritairement destiné à des visites d’écoles. Un second sentier, d’une longueur de deux kilomètres, permet de s’enfoncer plus loin au cœur de cette foret dont les pieds trempent dans une eau mi-douce, mi salée.

Mangroves sur la riviere Prasae

Pour préserver la famille, nous optons pour le parcours éducatif, qui est bien plus bref. Le cadre est joli, frais et soigné. A l’entrée, un canot décoratif, partiellement immergé dans l’eau impressionne beaucoup Petit-Un. Dès son retour en classe le lundi, il en fera un beau dessin!

Comme de coutume, les visiteurs sont invités à parcourir les lieux sur un sentier de bois surélevé, qui serpente à travers les arbres. Cette fois-ci il n’y a pas de rambarde, d’ailleurs, et nous craignons à chaque instant l’éventuel plongeon d’un enfant dans les contrebas boueux.

Mangroves sur la riviere Prasae

Le chemin permet une balade en landau. Ce confort n’est pas négligeable: Miss-Trois peut s’y reposer bien à plat, je ne lui tiens pas chaud et surtout, elle ne me tient pas chaud. Par chance, Papa-Tout-Terrain a de bons muscles, lorsqu’il s’agit de déplacer l’imposant attelage dans les escaliers du joli pont de l’arrivée!

La promenade aura été brève, mais il est raisonnable de s’en tenir là. Nous reviendrons une autre fois pour tester le parcours long. Nous rejoignons l’hôtel pour reposer dix petites -et grandes- jambes, qui auront besoin de toutes leurs forces, le lendemain, pour une mini rando dans le parc naturel de Khao Chamao.

Partagez l'article... Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterEmail this to someone

(12 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. misstexasblog

    Waouh, la sortie avec un tout petit bébé, chapeau ! Merci en tout cas pour cette visite très intéressante !

    1. Maman-Tout-Terrain

      L’endroit nous a beaucoup plu… Et j’étais bien contente de cette promenade avec Miss-Trois… En plus du plaisir d’être tous ensemble, j’étais très excitée à l’idée de pouvoir ressortir mes écharpes de portage 😀

  2. escarpinsetmarmelade

    Merci de nous faire partager cette visite magique! Vous vivez des moments inoubliables. J’ai fait pas mal de pays étrangers quand j’étais petite, mon père travaillait beaucoup en export, et c’est une telle richesse pour les enfants! Profitez un max! Gros bisous.

    1. Maman-Tout-Terrain

      Ah, je ne savais pas que tu avais beaucoup voyagé, enfant! C’est sûr que c’est une chance extraordinaire de pouvoir se construire en tant qu’individu et en tant que famille au contact d’une telle diversité de rencontres, de cultures et de lieux 🙂 De quels endroits gardes-tu les meilleurs souvenirs?

  3. tarab2014

    Effectivement, impressionnante énergie : après l’escalade de je ne sais plus quelle colline enceinte jusqu’aux dents, la ballade post-accouchement avec les enfants surexcités. Mais moi franchement je comprends cette envie de retrouver sa mobilité et les grands espaces hors de chez soi 😉 Vivement la suite des promenades !

    1. Maman-Tout-Terrain

      Les grands espaces sont surtout bénéfiques aux deux gentils monstres ainés! Eux aussi ont une impressionnante énergie et finalement nous sommes plutôt contents qu’ils la dépensent hors de notre maison 😉

  4. Johanna Lara

    Je rejoins ! Quelle énergie ! Repose toi. Quand même.

    1. Maman-Tout-Terrain

      Nous avons la chance extraordinaire d’avoir une petite fille qui dort bien 🙂 Du coup c’est vraiment agréable d’avoir de l’énergie de reste, pour organiser des activités sympas avec les grands 🙂

  5. maamn délire

    Mais… euhhhh … t’es pas exténuée ?? t’as accouché il y a 10 jours ? et tu allaites ? je suppose qu’elle ne fait pas ses nuits ? bon bref, tu m’impressionnes, mais grave !!!!!

    1. Maman-Tout-Terrain

      Rho c’est gentil ca 🙂
      En fait, un peu comme tout le monde, etre a l’exterieur -et dans de grands espaces, si possible- nous permet de gerer nos deux grands loups beaucoup plus facilement! Du coup les balades nous simplifient plutot la vie 😉
      Quant a mini-puce, elle dort vraiment bien pour un tout petit bebe (et ce n’est que justice apres Petit-Deux qui ne dormais jamais) 🙂

  6. ellea40ans - Stephanie

    Vous êtes infatigables ! Profitez bien

    1. Maman-Tout-Terrain

      😀 Tu verrais mes parents, ils sont encore pires, je crois 😀

Un petit commentaire me fait toujours plaisir...