«

»

Juin 08

Soins et quotidien de notre bébé de Thaïlande

Pauvre Miss-Trois… Entre les coutumes folklo rapportées de Chine, de nouvelles traditions thaïes qu’il fallait tester à tout prix, et une Maman qu’émoustille l’innovation infantile, rien n’aura été épargné à la malheureuse enfant!

Pour nous, en revanche, ça aura été plutôt facile, proportionnellement… En tant que parent, j’ai eu le sentiment d’une plus grande liberté, pour ce troisième bébé. Liberté de piocher ce qui nous convient. Dans toutes les méthodes connues et inconnues. Dans les méthodes françaises, les méthodes chinoises, les méthodes thaïes… Ou sans méthode. Liberté par rapport à moi-même et au regard des autres. On laisse tomber ce qui ne nous va pas. Et on continue sans besoin de se justifier ou de culpabiliser.

Bebe de Thailande

 

Un bébé emmailloté

C’est emmaillotés que sont livrés les bébés, en Chine et en Thaïlande. Ils naissent. (Tout nus, bien sur.) Un poil de peau à peau. Et hop, une puéricultrice les choppe, les pèse, les débarbouille, et les rend tout saucissonnés, avec juste le nez qui dépasse.

Pour la photo de son passeport, prise au lendemain de sa naissance, Miss-Trois est d’ailleurs emmaillotée dans un grand lange blanc. Sur fond blanc, ça donne l’impression bizarre d’une tête qui flotte toute seule.

Miss-Trois a apprécié l’emmaillotage. Elle se sentait rassurée par ce voile de coton léger, bien serré autour du corps. Elle dormait mieux ainsi. Avoir les bras bloqués ne lui plaisaient pas en revanche. On les a très vite sortis, au grand dam des infirmières de la maternité, puis de notre nounou, qui essayait de les lui re-coincer discretos.

Avec les velléités de mobilité de notre Miss-Trois qui grandissait, nous avons ensuite libéré ses pieds, et seulement enserré le torse.

Bebe emmaillote

Cet emmaillotage à la diable aura duré cinq mois. Sous la gigoteuse, même, lors de nos vacances en France. Il aura parfaitement comblé les besoins de notre bébé, visiblement né avec un gène asiatique du confort.

 

Un bébé de Thaïlande qu’on devait langer…

Petit-Un avait porté des couches lavables à temps partiel. Question de conviction.

Puis Petit-Deux avait porté des couches lavables à temps plein. Question d’allergies.

Quelques semaines avant la naissance de Miss-Trois, j’ai donc ressorti mon tas de couches du placard. Je les ai regardées. Elles m’ont regardée. Et j’en ai eu marre, rien qu’à les voir. J’en avais assez lavé comme ça, de couches. Tant pis pour l’écologie. On ferait en jetable, pour cette fois-ci! (Et je ne suis pourtant pas à plaindre car notre nounou lave une grosse partie des couches.)

Mais c’était sans compter notre nounou, justement. « Ah non, il fait trop chaud en Thaïlande! Votre bébé va avoir les fesses toute rouges! Ca macère vite ici! »

Elle m’a convaincue. J’achèterais seulement des couches jetables pour les premières semaines, alors. Parce que le méconium ça colle. Et que les couches en tissus de notre collection étaient trop grandes, de toute façon. « Surtout pas malheureuse! Les fesses d’un nourrisson, sont plus fragiles encore! Il lui faut des langes! Vous n’inquiétez pas, je vous apprendrai comment ça marche! »

Je suis bien influençable. Là encore, je me suis laissée convaincre. C’est comme ça que je me suis retrouvée à acheter des langes. Il n’y avait que du bleu et du rose, alors par esprit de contradiction j’ai pris du bleu. Et la nounou m’a regardé de travers. « Qu’est ce que les gens vont penser?… »

Bebe et son lange

Mais il y avait une faille dans cette organisation… Au soir du retour de la maternité, je me retrouve avec Miss-Trois qu’il faut changer… notre nounou qu’on venait poliment d’inviter à partir… des langes dont je ne savais pas me servir… et pas de couches en taille nouveau-né. Heureusement, en grattant les fonds de sacs, Papa-Tout-Terrain a retrouvé des échantillon de la maternité. Mon sauveur!

 

Un bébé langé, entre théorie et pratique

Bref, le lendemain, j’ai eu mon premier cours de langeage. En vrai, ça faisait longtemps que notre nounou n’avait pas langé un bébé. En tout cas elle ne s’en souvenait pas très bien. On a fait un triangle, un nœud, puis posé l’enfant propre sur son lit propre.

L’avantage des langes, c’est qu’ils ont une alarme intégrée. Dès que bébé fait pipi, il a froid aux fesses et pleure. C’est bien pratique. Bref, deux minutes plus tard, Miss-Trois nous appelle. Elle est mouillée. Et le lit aussi. Une belle flaque. Zut! Vous êtes sûre que c’est comme ça que ça s’utilise les langes? « Oui, bien sûr. Mais il faut garder le bébé dans ses bras. Comme ça, ça ne mouille pas le lit. »

C’est vrai que dans les standards, ici (et en Chine), on laisse rarement un bébé seul. La nounou ou la grand-mère l’a toujours dans les bras. Sauf que je trouve ça idiot de tenir la jambe à un bébé qui dort bien tout seul… surtout si c’est pour éviter qu’il ne mouille son lit.

Bebe n'est jamais seul

Dans ma grande ingéniosité, j’ai donc sacrifié une alèse pour en faire de petits supports imperméables, qu’on déplaçait avec Miss-Trois.

Logistiquement, les langes n’ont pas été aussi compliqués que je ne le craignais. Finalement, un bébé ça fait pipi tout le temps, et on passe toujours des plombes à le changer. On y a donc passé du temps, mais pas plus qu’avec des couches normales. Et surtout, grâce à une bonne ventilation de son royal popotin, Miss-Trois n’aura jamais eu la moindre irritation!

 

Un bébé qui tête sa Maman

Pour Miss-Trois, l’allaitement maternel était une évidence. Tout avait bien roulé pour les deux aînés: pas besoin de réinventer la poudre! Avantage supplémentaire, à l’étranger, l’allaitement maternel réduit pas mal d’aléas, et ça n’a pas de prix!

Petit-Un était né en Chine juste après le scandale du lait à la mélamine. Même si je lis le chinois, j’étais incapable de m’assurer avec certitude des provenances et traçabilités des laits en poudres. Quand notre ainé est passé en allaitement mixte, nous avons fait venir tout son lait de France. Au début par valises complètes. Puis il y a eu des restrictions des douanes chinoises: pas plus de deux boites de lait par voyageur. Il faut bien protéger les industries nationales. Imaginez le stress de l’approvisionnement, en comptant les doses et en faisant attention de ne pas gaspiller…

S’il n’y a pas eu de scandale sanitaire en Thaïlande, ni Papa-Tout-Terrain ni moi-même ne lisons le thaï. Aussi sommes-nous incapable de connaître les compositions et les contenus des produits que nous achetons. Là non plus, je ne trouve pas ça totalement rassurant…

Par ailleurs, pour nous qui aimons partir souvent en vadrouille, l’allaitement maternel est un vrai gain pratique. On va n’importe où à l’improviste, sans dosettes, sans l’eau qui va bien ou la vaisselle à faire. Grâce à cette flexibilité, dès les onze jours de Miss-Trois, nous repartions en balade!

Bebe de Thailande

En regard, la société thaïe est très tolérante et même encourageante, vis-à-vis des Mamans allaitantes. Faire téter (discrètement) en public un bébé est normal et donne même souvent droit à un mot gentil d’une Mamie qui passe par là. La plupart de mes collègues thaïes ont allaité leur bébé jusqu’à un an, et parfois jusqu’à la scolarisation. Et du coup, tirer son lait au travail est même une pratique très courante.

 

Stupéfaction devant l’usage du rot

A l’issue d’une belle tétée, une petite pirouette sur l’épaule de Maman et hop, un long rot vient mettre un point d’honneur suprême au festin!

Je vois Khun Nee s’étouffer. Notre nounou lui a pourtant bien dit de tenir sa langue mais voilà, c’est plus fort qu’elle. Elle explose. « Mais vous ne pouvez pas tenir votre bébé comme ça! » C’était un cri du cœur. Je la regarde hébétée. Qu’est-ce qui ne va pas encore? Cette fois-ci je n’ai rien fait de mal…

« Les bébés, il faut les garder couchés! » Euh, ben oui, mais pour le rot je fais comment alors? Ca n’est pas très net, du coup. On fait le rot couché sur le dos. Ou pas de rot. Mais même soutenu, on ne met pas bébé à la verticale!

Dans le même ordre d’idées, d’ailleurs, j’ai suscite énormément de curiosité et de questions en couchant Miss-Trois sur mon avant-bras, pour la soulager de ses coliques! Je crois bien que personne n’avait encore jamais vu ça!

 

Bain et tergiversations culturelles

A la naissance, nous avions interdit à quiconque de laver notre nourrisson. Ce n’est pas très français comme méthode, mais Die Franzoesin m’a appris que c’était la norme en Allemagne. A nos yeux, le bain est un peu agressif pour un petit bébé tout juste né, et qui doit déjà s’habituer à des tas de changements. Les infirmières ont trouvé ça bizarre, mais l’avantage d’un hôpital cinq étoiles, c’est qu’elles ont été bien briffées pour garder leurs impressions pour elles.

De retour à la maison, bien sûr, notre nounou a voulu laver Miss-Trois tout de suite. Hors de question! Ce bébé restera sale! Frémissement d’inquiétude. « Mais vous allez en faire un enfant tout chétif… » Loin des conceptions françaises, j’ai alors appris que le bain est vu comme un fortifiant naturel, en Thaïlande. Et qu’on donne plutôt le bain deux voire trois fois par jour aux nourrissons.

Miss-Trois a (enfin!) eu son premier bain vers une semaine. Puis de temps en temps, puis de façon plus rapprochée, à mesure qu’elle s’éveillait et prenait plaisir à l’activité.

En parallèle, suivant la méthode de notre nounou de Chine, nous lui avons rapidement lavé les fesses au robinet, au moment des changements de couches. C’est finalement assez pratique, rafraîchissant sous nos latitudes, et impeccable pour éviter les irritations du siège.

A neuf mois, Miss-Trois bénéficie aujourd’hui de deux bains par jour. Avec du savon une fois par semaine. Car maintenant qu’elle bouge beaucoup, et à toute allure, elle devient vite moite de notre climat humide et chaud et qui colle à la peau. Je ne sais pas s’ils la rendront plus solide, mais à coup sûr, ces bains réguliers sont des éléments importants pour son bien-être au quotidien.

 

Bebe de Thailande

 

A la découverte des traditions post-partum en Thaïlande…

Je finis par un mot des traditions post-partum en Thaïlande, qui ne sont pas directement liées aux soins du nouveau-né, mais méritent tout de même une mention. Comme en Chine, la jeune Maman est très fortement incitée à se reposer, plutôt que de s’occuper de son bébé. Par bonheur cependant, l’alitement strict n’est pas exigé. Autant j’avais beaucoup été montrée du doigt alors que je sortais mon jeune bébé en Chine, autant en Thaïlande, je n’ai eu aucune remarque. Tant mieux d’ailleurs, car avec la baisse d’hormone qui suit l’accouchement, je m’en serais promptement agacée.

En revanche, notre nounou, mais aussi des dames que-je-ne-connaissaient-pas-et-qui-passaient-à-l’improviste-pour-presenter-leurs-respects-à-Miss-Trois, m’ont indiqué toutes sortes de nourritures, de boissons et de potions destinées à me remettre sur pieds. J’ai été abreuvée de tisanes au gingembre, qui remettaient l’utérus à sa place, à sa taille, aidaient à la production de lait et sans doute à guérir des verrues plantaires. Même Papa-Tout-Terrain en a eu!

On m’a aussi recommandé la noix-de-coco fraiche et la papaye. Mais surtout pas de banane. La banane post-partum, c’est mal. En revanche, et c’est très décevant: personne n’a été capable de m’expliquer pourquoi…

 

… Quand il faut à tout prix faire dégonfler la Maman…

J’ai gardé le pire pour la fin (… et un vrai traumatisme, je crois.) A chaque visite de commères, mon ventre et mes bourrelets ont systématiquement été observés et jaugés avec la plus grande attention. Une dame a même entrepris de tâter. (Et réussi.) Mais ça a été la seule et l’unique. Curieusement, à la suite de cet incident, plus personne n’a été tenté de recommencer.

On trouvait que je dégonflais trop lentement. « Vous avez mis de l’eau salée sur votre ventre? » Ah non, ça non. Mais non merci, hein. « C’est donc pour ça! Je le savais! C’est très simple, je vais vous expliquer. Vous prenez un sac congélation, et vous mettez de l’eau et du sel dedans. » Non, non, non, merci, je vous assure tout va bien. Et depuis l’hémorragie j’ai pas trop envie de me titiller l’utérus non plus, vous savez… « Et après vous mettez le sac sur le ventre. Je vais vous faire une ceinture pour bien le tenir serré. De toute façon, en restant au lit toute la journée ça ne bougera pas Vous verrez, vous allez dégonfler!… Ne vous inquiétez pas: pendant ce temps la, nous nous occuperons bien de votre bébé… »

Aussi farfelu qu’il ne puisse paraître, le conseil était tout de même très sérieux, et le soin m’a bien été proposé quatre ou cinq fois par des personnes différentes. Je n’ai pas cédé. Neuf mois plus tard j’ai encore mes bourrelets. En fait, j’aurais peut-être dû accepter, finalement?…

Partagez l'article... Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterEmail this to someone

(28 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Maman BCBG

    Passionnant de découvrir une ambiance autour des touts petits si différente…! Cela doit faire bizarre de devoir limite se « battre » pour s’occuper de son bébé à la place de la nounou (et des dames du voisinage !!), alors qu’en France, on est un peu « tenu » de tout faire – tout assumer quand on est maman…

    Mais pour le rôt…. couché ? c’est bizarre ! Mon fils hurlait lorsqu’on le tenait « en berceau » (enfin comme on voit les parents tenir leurs enfants dans les films et dessins animés) et ne supportait que la position debout contre l’épaule (son reflux n’aidait pas)…et ma fille n’a jamais fait de rot que dans cette position 😀

    Bon après, ils ont tous les deux dormis sur le ventre alors, pour les rôts retardataires, ils levaient leur petite tête, buuurp, et hop ils pouvaient se rendormir !!

    1. Maman-Tout-Terrain

      Oui, c’est tout a fait cela! Les experiences sont si particulieres et si differentes, lorsque l’on pouponne a l’autre bout du monde…
      Sur la question du rot, en tout cas une chose est sure, ce n’est pas a plat ventre que les bebes d’ici font leurs rots. Les bebes asiatiques sont toujours toujours couches sur le dos… au point que pas mal d’adultes de ma generation en ont garde la tete plate! Ca m’avait enormement marquee en arrivant en Chine!
      Une belle journee a toi 🙂

  2. MumChérie

    Super intéressant ! Je trouve top l’emmaillotage, mais j’aurais eu du mal avec les langes… et le rot bien sûr !

    1. Maman-Tout-Terrain

      Oh merci! C’est super gentil! 🙂
      Moi aussi j’ai vraiment bien accroché avec l’emmaillotage. D’autant qu’ici, on nous a proposé des tissus très pratiques et très adaptés. C’était l’idéal. Je suis contente que cette impulsion ait été donnée à la maternité car sinon je ne sais pas si j’aurais eu la curiosité de tenter l’expérience 🙂
      Une belle journée à toi 🙂

  3. bibliblogueuse

    Encore un super article qui m’a beaucoup intéressée et fait rire ! J’aime vraiment découvrir les autres cultures, et je constate qu’il y a une chose qui ne change pas : quel que soit le pays et sa culture, quand tu as un enfant, tout le monde veut te donner des conseils, même quand c’est ton troisième 😉
    Je trouve que tu as du courage d’oser rester ferme sur tes positions quand tu l’estimes nécessaire (je n’aurais pas aimé non plus qu’on cherche à toucher mes bourrelets post-partum ^^!)

    1. Maman-Tout-Terrain

      Tu as bien raison, partout, des tas de gens ont des tas de conseils a donner sur la meilleure facon de faire avec mes enfants 😉
      Ce qui est rigolo, en Chine et en Thailande, c’est que TOUT LE MONDE a vraiment un avis. Je me suis deja fait arreter dans la rue par des hommes bodybuildes ou par de jeunes ados, qui voulaient me donner leur avis. En France, j’ai l’impression que ca vient surtout des Mamies, non? … J’imagine que cela vient du fait que les petits sont eleves tres communautairement ici, et que du coup, tout le monde a son experience avec des enfants…

  4. sarah Ymum

    Je trouve encore une fois cet article passionnant ! Confronter les traditions nous permet d’avoir un regard nouveau sur des habitudes ancrées. Et pour le clin d’oeil, après ma 2ème (il y a moins d’1 an, à Toulouse, dans une maternité tout ce qu’il y a de plus basique) j’avais eu des soucis au niveau du placenta… Et on m’a alité quelques heures avec un poids sur le ventre (un genre de gros sac lesté) ! Ton histoire de sac et d’eau salée me remémore des souvenirs ;-).

    1. Maman-Tout-Terrain

      Merci Sarah 🙂 Je trouve que globalement, beaucoup des habitudes d’ici respectent l’enfant et son rythme: c’est tres plaisant!
      J’avais effectivement entendu parler de sacs lestes sur le ventre, a la suite de soucis de delivrance, mais a ma connaissance, c’est immediatement apres l’accouchement, pas dans les semaines qui suivent?…
      (En plus de ca, on a deja eu tres peur pendant l’accouchement, et je n’aurais rien laisse faire sans avis medical 😉 )

      1. sarah Ymum

        Oui ça je peux imaginer !!! Déjà qu’accoucher peut être vraiment très flippant, après on y regarde à 2 fois avant de tester les vieilles traditions ! En tous cas, merci encore, j’attends vos prochaines aventures avec impatiences ! 🙂

  5. Maristochat Bellemam

    C’est super intéressant tout cela, merci beaucoup de le partager, c’est fou comme tout change d’un pays à l’autre, je trouve cela fascinant !

    1. Maman-Tout-Terrain

      Oh! Merci! C’est tres gentil! C’est vrai que tout est tres different ici! Et surtout, les gens sont tres respectueux et toujours adorables avec les jeunes enfants: c’est un plaisir au quotidien 🙂

  6. mamansurlefil

    C’est super ton partage. C’est hyper instructif les différences de cultures… Il existe des approches propres à chaque pays/culture mais là, le choc doit être grand parfois… Là, c’est un fossé,… Tu as l’avantage de l’expérience pour te faire ta propre idée…

    Encore merci pour ces partages très intéressants.

    Bonne journée

    Virginie

    1. Maman-Tout-Terrain

      Merci pour ton gentil petit mot! Il me touche beaucoup! Le fossé culturel d’avec la France est effectivement énorme, mais il fait aussi partie des experiences que l’on recherchait en partant a l’autre bout du monde. (Pour la petite histoire, j’ai rencontre mon mari en Chine, et nous avons tous les deux choisi, indépendamment, de partir vivre a l’étranger, au depart). Apres onze ans en Asie, c’est toujours l’un des pans de la vie a l’étranger que je trouve le plus fascinant 🙂

  7. Mam'Weena

    J’adore tes articles sur la maternité à l’étranger
    C’est fou les différences entre l’Europe et l’Asie! Je me demande ce qu’il en est avec l’Amérique du Nord, plus occidentale

    1. Maman-Tout-Terrain

      Oh merci! C’est super gentil!
      Je ne connais malheureusement pas assez l’Amerique du Nord pour pouvoir en parler, mais on sent egalement un fond culturel different, chez les petits Americains et Canadiens de l’ecole de nos enfants.
      Un exemple au pif… A la piscine, tous les enfants francais (4-5 ans) ont des brassards et des bouees, alors que les enfants anglo-saxons du meme age sont « jetes » a l’eau par leurs parents, et ils se debrouillent tous seuls (sous la surpervision attentive de l’adulte, bien sur).

      1. Mam'Weena

        Bah, je dis rien, FeuFolet a des brassards depuis ses 18 mois et j’ai bien l’intention de la jeter à l’eau sans d’ici ses 4/5 ans ^^
        Bon, faut dire qu’ayant grandit dans les îles, à 3 ans, tu dois savoir nager, question de survit XD

      2. Maman-Tout-Terrain

        Ouh!!!… Je comprends bien ta problematique… mais du coup, je serais curieuse d’en savoir plus sur tes methodes pour apprendre a tes enfants a nager… Chez nous, a trois ans, les enfants avaient une peur panique de l’eau, et on avait deja les pires difficultes a les faire monter sur un bateau (un ferry, pas un radeau, hein…)… du coup ca n’aurait pas ete possible 😉
        FeuFolet n’a absolument pas peur dans l’eau?

      3. Mam'Weena

        Ah non, pas du tout … on va au bébés nageurs depuis qu’il à 9 mois (et 4 pour LutinCoquin). Il a eu une phase « peur de l’eau » – à vouloir rester dans les baquets à la piscine et refuser de mettre la tête sous l’eau – vers 2 ans, mais maintenant, il saute partout et se fait la malle avec ses brassards genre même pas besoin de ma mère …
        Par contre, je ne sais pas trop encore comment retirer les brassards, aux bébés nageurs ils n’apprennent pas à nager avant 5/6 ans, hors à Tahiti je sas que nous avions eu des cours dès 3 ans … Peut-être essayer de remplacer les brassards par des frites en cours d’année si il est réceptif 😉
        Et il adore les bateaux … on a plutôt du mal à l’empêcher de monter dessus 😀

      4. Maman-Tout-Terrain

        Ah d’accord, je comprends mieux alors si ton fils se sent deja bien dans l’eau!
        Nous sommes passes cette annee de la bouee a la planche… et depuis quelque temps de la planche a plus grand chose. La motivation aura ete longue a venir, mais je crois qu’on tient le bon bout!
        C’est une vraie chance d’avoir des cours de natation a partir de trois ans a Tahiti! En terme de securite c’est l’ideal! Moi je n’arrive pas a trouver de prof qui parle anglais, alors je dois faire avec les moyens du bord (c’est a dire avec moi-meme). C’est pas le mieux 🙁

      5. Mam'Weena

        Oui, je m’attendais à ce qu’il en soit de même en Bretagne, parce que la mer y est aussi omniprésente, mais non …
        Pour avoir essayer d’apprendre à nager à une cousine de 5 ans, je confirme qu’un prof c’est mieux

  8. Madame Bobette

    C’est très intéressant de découvrir une culture si différente de la notre.
    Je crois qu’à ta place, j’aurais été un peu déroutée mais bon je n’ai pas l’âme d’une aventurière et encore moins 3 enfants à mon actif 😉

    1. Maman-Tout-Terrain

      Bonjour Madame Bobette 🙂 Ca me fait tres plaisir de te voir ici 🙂
      Tu as raison: les methodes de Thailande sont parfois un peu etonnantes, mais globalement, on en retient surtout l’enrichissement d’apprendre ces façons de faire differentes et souvent tres respectueuses des enfants 🙂

  9. 3 enfants en 3ans

    « La banane post-partum, c’est mal. En revanche, et c’est très décevant: personne n’a été capable de m’expliquer pourquoi… »-> tu veux vraiment un dessin ? 😀
    C’est amusant ces différences… Ma mère aurait levé les yeux au ciel et pas qu’un peu si j’avais envisagé les langes : c’était, d’après elle, un vrai cauchemar

    1. Maman-Tout-Terrain

      Oh! 😮
      Pour les langes, ma mere aussi a leve les yeux au ciel! (Pourtant elle n’en n’a pas utilise personnellement.) Je pense que le fait de vivre dans un pays ou il fait toujours chaud change tout de meeme un peu les choses: on peut laisser bebe en langes et sans autre habit, si le lange deborde on n’a pas beaucoup de vetements a changer… tout ca est tout de meme bien pratique!

  10. Zazimutine

    Oh oui décidément, la confrontation des cultures est vraiment fascinante! Je trouvais déjà que les différences éducatives entre la France et l’Allemagne (où vit ma belle-soeur) étaient dingues, mais alors là, on est presque dans deux mondes parallèles, c’est passionnant 🙂

    1. Maman-Tout-Terrain

      Merci pour ton gentil commentaire! 🙂 Ca me touche beaucoup que les recits de tous ces petits rien de notre quotidien avec les enfants te plaisent 🙂

  11. angeliquemarquisedescouches

    j’adore lire tes articles! découvrir d’autres traditions, bizarre pour nous c’est vraiment super!

    1. Maman-Tout-Terrain

      Merci 🙂 C’est super gentil!!! J’adore raconter toutes nos experiences etonnantes… c’est follement amusant a ecrire!

Un petit commentaire me fait toujours plaisir...