«

»

Juin 27

Une grossesse à l’étranger


Deux fois en Chine, une en Thaïlande: je commence à être rodée pour ce qui est de la grossesse à l’étranger! Mais aujourd’hui, je ne vous parlerai ni de nausées, ni d’anémie et encore moins de vergetures… Aujourd’hui, je veux vous parler de cette jeune ouvrière de mon usine, de vingt-cinq ans peut-être, qui m’a fait signe de m’arrêter, hier, en fin d’équipe, au niveau de la pointeuse. Je ne la connaissais pas. Elle ne parlait pas anglais, et moi pas Thaï.

Elle avait l’air un peu timide. D’un geste, elle m’a demandé si elle pouvait me toucher le ventre. J’ai fait signe que oui. Son visage s’est éclairé et elle m’a caressé le ventre. Puis elle a posé sa tête sur mon ventre et a souri. Le temps c’était arrêté un petit peu pour nous deux. A deux pas pointaient à la queue leu leu les ouvriers de l’usine, pressés de rentrer chez eux. Après un moment, elle m’a remercié d’un regard et a souri paisiblement. Je lui ai souri en retour. Nous avons alors poursuivi nos chemins et nos vies ont repris leurs cours.

Aujourd’hui, donc, Je vais vous parler de ces petites anecdotes qui font la saveur de mes grossesses à l’étranger. Des moments drôles. Des moments touchants. Des moments irritants et frustrants, aussi. Et surtout des moments humains. Tous ces moments qui font que je suis heureuse d’être là où je suis, malgré mes proches qui me manquent souvent, dans ces moments uniques de l’attente d’un enfant…

 

Un état particulier

J’ai souvent entendu les Occidentaux répéter que « la grossesse n’est pas une maladie ». En France oui. Mais en Chine et en Thaïlande, la grossesse est pour le moins un état particulier. Lorsque nous vivions en Chine, le sentiment était d’ailleurs exacerbé par les politiques de l’enfant unique. Chaque femme ne pouvant vivre qu’une seule grossesse, l’événement en était d’autant plus exceptionnel.

Grossesse à l'étranger - Enceinte de Petit-Deux_2

A mon grand étonnement, j’ai souvent vu cette condition singulière de la femme enceinte se traduire par des changements majeurs dans les attitudes du quotidien. Ainsi, à l’annonce de leur grossesse, beaucoup de jeunes femmes, enceintes de seulement trois semaines, commençaient à marcher à tout petits pas, se voutaient légèrement, et tendaient à se déplacer les jambes écartées. Imaginez l’incompréhension de ma nounou lorsqu’elle m’a vu continuer de sautiller en jouant avec Petit-Un! Combien de fois me suis-je vue rappeler à l’ordre: « Mais, votre bébé va tomber du ventre! ».

 

En Thaïlande – Etre prudent… très prudent!

En Thaïlande mes collègues s’étonnent car je marche à grands pas, et continue à fréquenter les zones opérationnelles de l’usine. « Sois bien prudente », me rappellent-ils, très protecteurs. Je leur dis que je ne suis pas fatiguée et que tout va bien et ça les stupéfie. En même temps, la société entière leur a toujours dit qu’on était très fatiguée enceinte… à force, je comprends que les jeunes femmes soient influencées, même psychologiquement, dans la façon de porter leur grossesse.

C’est ainsi qu’il y a quelques semaines, ma RH est venue me voir, préoccupée: « Mais au fait, comment viens-tu au travail? »… « Ben, normal, quoi, en voiture! »… « Oh!… Mais tu ne peux pas conduire enceinte!… Ah si, c’est vrai, j’avais entendu un jour que vous, les étrangères, vous conduisiez même enceintes! »… Et d’enchaîner avec de gentilles recommandations… De me répéter de faire attention à moi… Que si j’étais trop fatiguée elle m’enverrait un chauffeur… Bref, j’ai tendance à trouver ces attentions parfois un poil infantilisantes, mais tellement délicates, surtout, que je me garde bien de tout commentaire.

Grossesse à l'étranger - Enceinte de Petit-Deux

 

Un encadrement strict de la grossesse au travail

Peut-être l’ignoriez-vous, mais en Thaïlande et en Chine, la femme enceinte est plutôt bien protégée par la loi. Et c’est bien normal d’ailleurs. En gros, pas d’heures sup’, pas de travail en station debout, pas de travail de nuit. Et possibilité de tirer leur lait au travail pendant un an pour les jeunes Mamans.

Heureusement, comme mes collègues considèrent que je suis étrangère et têtue, les règles s’appliquent avec plus de souplesse pour moi. Je peux rester plus tard si je n’ai pas fini mon travail. Et je peux même rester debout quand je veux –non sans être invitée à m’assoir toutes les deux minutes environ. Soyons réalistes en même temps: je ne fais pas un travail physique, ni un travail posté sur des chaînes de production. Ainsi si mes collègues à ces postes doivent être protégées pour leur bien et celui de leur bébé, j’ai personnellement beaucoup moins besoin de ces règlementations.

 

En Chine – Bébé et les ondes…

Toujours dans le monde du travail, mais plus surprenant, certaines de mes collègues chinoises, enceintes, avaient refusé de travailler sur ordinateur, par crainte que les ondes ne nuisent à leur bébé. Ce cas de figure était un peu embêtant pour l’entreprise, parce que les occupations assises et sans ordinateur sont rares, tout de même, même dans les industries fortement consommatrices de main-d’œuvre. A priori, refuser était néanmoins impossible, rapport aux syndicats et aux organismes de contrôle des conditions de travail. J’ai ainsi souvenir d’une jeune femme qui a passé sa grossesse à attendre que le temps passe sur un bureau vidé de son ordinateur, en jouant sur son portable (car les ondes sont parfois paradoxales)… Elle a repris son poste, sans changement, à l’issue de son congé maternité.

Ce que je trouve vraiment triste en revanche, c’est la brièveté des congés maternité dans ces pays: deux mois au total, et souvent avec perte de revenus… Du coup, les jeunes femmes font généralement en sorte de travailler jusqu’au dernier moment, et privilégient parfois le recours à la césarienne pour ne pas « perdre leur temps » à attendre la venue de bébé.

L’alimentation… en Chine

En Chine, on m’avait dit pas d’épinards, pas trop de tofu, pas d’œufs de cent ans, et pas d’épices. Pas d’épices parce que je vivais à Shanghai, une province où la nourriture traditionnelle est douce et plutôt sucrée. Je pense que je n’aurais pas eu cette recommandation en vivant dans une région différente.

Ah oui, et me suis fait traiter de criminelle parce que je continuais à boire du café.

Grossesse à l'étranger - Enceinte de Petit-Un

Globalement, les Chinois m’ont semblé très souvent s’inquiéter de ce que les femmes enceintes n’aient pas assez à manger. C’est bizarre pour nous Occidentales, à qui l’on rappelle souvent que rien ne sert de manger pour deux. Pourtant, il faut se souvenir qu’en Chine, nombreux sont ceux qui ont souffert de la faim, à la génération précédente… Du coup, forcément, ça a laissé des traces et continue à profondément marquer les habitudes et les recommandations d’aujourd’hui. C’est ainsi que par crainte que je manque, notre nounou me Chine me forçait presque à manger un œuf par jour, et me préparait aussi souvent que possible des quantités gargantuesques  de Jiaozi, ces raviolis chinois dont j’ai toujours raffolé…

L’alimentation… en Thaïlande

En Thaïlande on m’a dit pas de vinaigre, pas de bambous, pas de durian et pas de longanes. Le durian et le longane sont des nourritures dites « chaudes » qui déséquilibrent les énergies et les fluides du corps.

Pour le café en revanche, on ne m’a rien dit, car depuis la Chine, j’ai appris à me planquer. J’ai acheté une tasse isotherme opaque, avec couvercle, et je prétends boire de l’eau glacée.

Ici aussi, l’entourage est toujours très attentionné pour moi. Notre nounou découpe quotidiennement à mon intention d’énormes saladiers de fruits (hors durians et longanes). Elle multiplie les recommandations pour être sûre que je me nourrisse bien ne manque pas de vitamines! De même, à la cantine, le cuistot me sert souvent une double ration de légumes!… Sans oublier notre vieille vendeuse de Pad Thaï, sur le marché, qui me rajoute toujours un petit surplus de pâtes, avec un geste en direction de mon ventre! (Elle ne sait pas qu’en fait c’est Papa-Tout-Terrain et Petit-Deux qui le mangent.)

Bref, enceinte plus encore, je ne suis clairement pas maltraitée!

 

L’habillement… en Chine

En Chine, l’habillement de pointe pour les femmes enceintes consiste en une blouse qui bloque les ondes nocives. Je ne sais pas si ça marche, mais en tout cas ça coûte les yeux de la tête. De toute façon je trouvais ça moche, alors je me suis habillée à l’occidentale… Et me suis fait disputer régulièrement parce que je ne protégeais pas mes bébés des rayons dangereux.

Blouse de grossesse en Chine

Quoi qu’il en soit, et même sans vouloir être particulièrement critique, je n’ai pas pu m’empêcher de noter que toutes mes amies chinoises enceintes rangeaient leur téléphone portable dans la poche de leur pantalon… sous la blouse anti-ondes! En termes de protection, on pourrait faire mieux, quand même! En parallèle, la pression sociale et de la famille m’a toujours semblée tellement forte, là-bas, que je comprends bien la contrainte de s’habiller comme tout le monde, qu’on y croie ou pas.

 

L’habillement… en Thaïlande

En Thaïlande, les dames portent de larges robes de coton un peu informes, durant toute leur grossesse. C’est la norme surtout parce qu’on ne trouve à peu près que de ça dans les magasins. Même au travail, les entreprises fournissent des uniformes-robes-de-grossesse informes, pour remplacer les habits d’entreprise, le temps nécessaire. Personnellement, je trouve que le rendu final blouse / chaussettes / chaussures de sécurité est fort moche. Et que l’ensemble est peu pratique quand on côtoie de grosses machines industrielles.

Blouse de grossesse en Thailande

J’ai donc fait venir de France des pantalons de grossesse normaux –avant de me rendre compte qu’on en trouvait à Bangkok chez H&M. Stupeur de mes collègues, au fur et à mesure que mon ventre grossit. « Mais tu ne peux pas mettre un pantalon, tu vas serrer ton bébé! » J’ai expliqué, montre le gros élastique qui s’élargit avec ma taille. La moitié de l’usine a tiré son mon élastique pour vérifier que c’était vraiment souple.

…Et le bruit s’est répandu qu’en France, on portait des pantalons pendant la grossesse. C’est ainsi qu’un jour, deux veilles femmes de ménage, un peu gênées, sont entrées dans mon bureau… Elles ont un peu tourné autour du pot avant de me demander d’observer ce pantalon, dont elles avaient tant entendu parler. Je ne sais pas si je suis réputée pour mes qualités professionnelles mais c’est certain, je suis désormais connue comme le loup blanc pour ma garde-robe!

 

En bonus – Des compétences administratives hors normes!

Par la force des choses, je devenue une semi-professionnelle de l’état de grossesse à l’étranger, qui a tout de même représenté 35.1% de mon temps sur ces six dernières années. (Oui oui, j’ai fait un Excel pour compter). J’ai appris à connaître tous les termes médicaux en anglais, et parfois en mandarin. J’ai découvert les protocoles français, chinois, américains, hongkongais et thaïs au gré des hôpitaux fréquentés. J’ai également rempli des centaines de pages de formulaires de remboursements auprès de la CFE, et sais même enregistrer un enfant tout neuf dans un consulat…

Bref, au cas où cela puisse servir à d’autres, j’ai synthétisé le plus gros de ces démarches administratives dans une Fiche Pratique relatives aux formalités de la grossesse à l’étranger. Et j’en prépare même une autre sur les suivis de grossesse. Voilà, vous êtes maintenant tous bien armés pour avoir un bébé en expatriation!

Grossesse à l'étranger - Enceinte de Petit-Trois

 

Etat de grâce

Finalement, ce que je retiendrai, surtout, de mes grossesses à l’étranger, c’est la grande bienveillance avec laquelle j’ai toujours été considérée par mes collègues et nos amis de tous horizons. Bien sûr, le soir au coin du feu, Papa-Tout-Terrain et moi-même ne manquerons pas de les raconter à nos petits-enfants ces milles petites anecdotes qui font le croustillant de notre quotidien exotique. Mais plus encore, nous nous rappellerons ces sourires pleins d’humanité… Ces voyageurs qui me laissaient leur place assise dans le métro bondé de Shanghai… La gentillesse de cette vendeuse du 7-11 qui a sacrément insisté pour porter mon pack d’eau à la voiture alors qu’elle même était haute comme trois pommes et me semblait bien fluette

 

Et vous quelles belles anecdotes de vos grossesses retiendrez-vous?

 

Retour en Haut de Page

Partagez l'article... Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterEmail this to someone

(16 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Appellation Maman

    Merci pour ce superbe article! J’ai adore te lire! La femme qui a voulu toucher ton ventre m’a toute émue! Et pourtant je détestais qu’on veuille toucher mon ventre lors de mes grossesses! Et le coup du pantalon! Excellent ! Au plaisir de te relire! Belle journée (ou soirée!)

    1. Maman-Tout-Terrain

      🙂 Tout pareil! Je déteste qu’on me touche le ventre, mais cette jeune femme l’a fait avec tant de gentillesse et de délicatesse que c’était juste sympa et pas embêtant du tout… C’était la première fois que ça m’arrivait!

  2. Flore

    Wow, ton récit est bien plus exotique que le mien ! Etre enceinte à Barcelone, finalement ça ne change pas beaucoup que de l’être en France 🙂
    C’est étonnant pour les tenues spéciales en Chine et en Thaïlande. Finalement le fait de mettre des choses très moulantes pour mettre en valeur le ventre n’est pas si ancien en France. A l’époque de ma grand-mère, on mettait des choses amples pour être discrète sur son « état ». Alors vive les pantalons de grossesse et les t-shirts moulants ! 😉

    1. Maman-Tout-Terrain

      Hello Flore! J’avais lu quelques-uns de tes articles sur ta grossesse à Barcelone, qui m’avaient bien intéressée! C’est vrai que les conditions sont sans doute plus proches de celle de la France, mais une grossesse à l’étranger reste toujours une aventure… La preuve, on s’attendait à ce que tu retournes accoucher en France! Quoi qu’il en soit, c’est toujours un plaisir de lire les expériences variées des autres Mamans, ici et là! 🙂

  3. Stéphanie

    alors ca c’est un article pleins de bonne humeur. C’est vrai que quand on parle de grossesse à l’étranger on pense plus au suivi médical. Mais ton article m’a mis la patate, les différentes cultures et les réactions de gens c’est assez marrant. Bravo

    1. Maman-Tout-Terrain

      Bonjour Stéphanie! Oh, c’est super gentil ça! Merci! C’est vrai que vivre à l’étranger est l’occasion de nombreux épisodes amusants et parfois touchants… C’est un vrai plaisir pour moi de les partager, et aussi, de pouvoir les garder dans un petit coin pour les raconter à nos enfants quand ils auront grandi!

  4. BBxMarmotte

    Merci pour cet article ! C’est intéressant de voir comment est vécu une grossesse dans d’autres pays 🙂 J’ai bien rigolé pour l’histoire du pantalon haha 🙂

    1. Maman-Tout-Terrain

      Hello 🙂 C’est vrai que les habitudes diffèrent beaucoup d’un pays à l’autre. Ça me fait penser à un point que je n’ai pas évoqué… Ici, les femmes enceintes accrochent toujours une épingle de nourrice sur leur ventre, pour éloigner le mauvais sort. Je trouve ce symbole très joli! Merci en tout cas pour ton petit mot qui me fait très plaisir!

  5. lexieswing

    Merci pour l’article j’ai trouvé ça fascinant. J’imagine la moitié de l’usine qui tire sur l’élastique de ton pantalon!

    1. Maman-Tout-Terrain

      Bonjour Lexieswing, c’est vrai que résumé comme ça, surtout hors contexte, l’histoire est sacrément cocasse! En plus, les Thaïs ont un bon sens de l’humour, de l’amusement et de la rigolade, ce qui rend toujours ce genre d’épisodes gais et mémorables!

  6. Laura

    C’est tout mignon comme réaction – j’imagine les deux femmes qui voulaient voir le pantalon 😀
    Bonne suite de grossesse 🙂

    1. Maman-Tout-Terrain

      Bonjour Laura, Merci pour ton gentil mot! Même si, avec ces deux dames, nous ne pouvions pas vraiment nous comprendre, ce genre de relations avec les locaux, au travail, est d’une richesse et d’une humanité incroyable. J’adore toujours ces moments presque irréels!

  7. ellea40ans - Stephanie

    J’ai appris plein de choses. Je ne connaissais pas les vêtements anti-ondes. CA m’a trop fait rire le coup des occidentales qui conduisent enceintes et l’histoire du pantalon. Bref je me suis régalée avec ton article. Merci

    1. Maman-Tout-Terrain

      Merci, c’est super gentil 🙂 Tout cela m’amuse d’autant que c’est tres reciproque… Si je m’etonne et souris des habitudes d’ici… je sais que mes collegues se tordent de rire, parfois, devant mes reflexes d’occidentale! Ce n’est que justice apres tout!

  8. Louna

    Oh j’adore savoir comment ça se passe « ailleurs » ! Je trouve déjà fascinant de constater toutes les différences entre les pays d’Europe, où même si les cultures sont proches, toutes els sociétés n’ont pas la même approche vis-à-vis de la grossesse.
    Alors, là, avec toi, je suis servie :merci ! 🙂
    Bon, j’ai hâte de lire ton article sur les suivis de la grossesse…. 🙂

    1. Maman-Tout-Terrain

      Oh! Merci 🙂 C’est vrai que pour nous l’etranger est un choix et un bonheur de quasi tous les jours… Alors quel plaisir de pouvoir partager ces anecdotes et ces jolies surprises du quotidien!

Un petit commentaire me fait toujours plaisir...