Nous partons en Chine

C’est arrivé brusquement. Ca n’était pas prévu. Une sorte de coup de tête, quelque part. Nous partons en Chine.

« On m’a proposé un poste en Chine. J’ai dit non, bien sûr… » Ca c’est ce que m’a dit Papa-Tout-Terrain, un jour, entre la poire et le fromage.

« En Chine? Bah t’as dit non? C’est où d’abord? » Ca c’était ma réponse à un cheveu près.

C’était en Chine à Nanjing. Nanjing? Hum, Nanjing c’est pas si mal… Il y a quoi comme écoles là-bas d’ailleurs? Ah… ça a l’air plutôt sympa comme environnement pour les familles… Et t’as vu, ils ont même un métro! C’est Petit-Deux qui va être content!

Chacun sur nos téléphones, on a googlé tout ce qui nous passait par la tête pendant une vingtaine de minutes. Des recherches ponctuées d’exclamations variées. T’imagines, on va pouvoir re-manger du malatang! (C’est une sorte de soupe chinoise très épicée.) Oh! Et y a plein de parcs! Tu crois qu’ils dansent toujours, dans les parcs, en Chine?

Ensuite on a passé la moitie de la nuit à refaire notre vie, puis a refaire le monde tant qu’on y est. Le lendemain matin, nous étions déjà ré-installés en Chine, dans nos cœurs.

 

Vers de nouvelles aventures…

Pourquoi partir? Par goût de la découverte, je crois. Pour la nouvelle petite vieille assise au coin de la rue, le nouveau livreur de bidons d’eau, le marché où nous irons acheter nos œufs. Et nos week-ends, bien sûr! Partir à l’aventure sans savoir ce qu’on va rencontrer. L’inattendu et les belles découvertes.

Parce qu’aussi, le linéaire et la routine, ce n’est pas vraiment nous. Tout est trop bien organisé aujourd’hui. Ils nous manquent les chaos du début, les défis du quotidien, de quand on s’installe en terre inconnue et qu’on doit partir chasser le tigre pour nourrir sa famille. Parce qu’on a un peu fait le tour de notre région de Thaïlande, aujourd’hui. Et même si l’on s’y sent bien, il est temps de partir découvrir autre chose.

 

Alors voilà. Nous partons en Chine. Nous sommes excités et terrorisés.

Et si ça ne se passait pas bien? Notre arrivée en Thaïlande a été très dure. Pendant près d’un an, nous avons discuté d’en partir, presque quotidiennement. Petit-Un a beaucoup souffert de changements qu’il n’a ni compris ni acceptés. L’intégration a été difficile, sans cadres et sans filets. Il m’a fallu longtemps avant de pouvoir y trouver du travail.

Mais voila, c’est trop tard. On a déjà dit oui et on ne peut plus revenir en arrière. Et en face, une grande montagne de tout ce qu’il reste à organiser. Car nous partons en Chine dans deux mois et demi.

 

Et les enfants dans tout ça?

Entre une après-midi de doutes et une soirée d’angoisse, on a pris le taureau par les cornes et on a tout expliqué aux enfants. Ils ont eu l’air plutôt content.

Annonce du depart

Clairement, les enfants ne mesurent pas les implications réelles de ce changement. (Les bienheureux!) Alors nous essayons de les accompagner au maximum dans la compréhension du processus…

En parlant du demenagement

Autant que possible, nous impliquons aussi les garçons dans ce que sera notre vie à Nanjing. Et en particulier leur école. Nous avons passé de longs moments sur son site internet. Tout le monde semble ravis même si de toute évidence, nos préoccupations divergent quelque peu…

Decouverte de la nouvelle ecole

 

Souvenirs et retrouvailles…

Petit-Un avait seulement deux ans lorsque nous avons quitté Shanghai. Et Petit-Deux quatre mois. Alors, pour raviver la flamme, je me suis replongée dans les photos de Chine et du déménagement. On a expliqué les cartons, le container. J’ai retrouvé les premières photos de Thaïlande, la vie à l’hôtel, puis dans une maison sans meubles. J’ai retrouvé, aussi, tout le mal-être de ces moments. Etre seule tout le temps, avec deux tout-petits, des journées qui s’étirent, et des listes incommensurables de formalités. Et si c’était une mauvaise idée, finalement?…

Heureusement, les enfants, ça les a bougrement excités, les photos! Ils se sont retrouvés des souvenirs qu’ils n’avaient jamais eus, et des copains à la vie à la mort. Maintenant, il veulent à tout prix que je leur retrouve le petit Ben, le garçonnet tout flou en haut a droite d’une photo de la fête d’anniversaire des deux-ans de Petit-Un. Ca va être commode cette histoire. Quant à Petit-Deux, il se souvient très bien du pyjama de sa naissance, qu’il aime beaucoup et qu’il espère pouvoir remettre à Nanjing.

Qu’importe, après-tout. L’essentiel est qu’ils sont aussi excités que nous. Depuis l’annonce du départ, les deux garçons ne se sont jamais sentis aussi Chinois et c’est tant mieux. Qu’ils rêvent leur Chine, avant de la découvrir à nouveau. Nous serons bien assez tôt confrontés aux contraintes de la réalité.

Les enfants me rassurent dans mes doutes, parfois, aussi. Dans leur enthousiasme, ils ont mémorisé plus de mandarin en trois semaines que de thaï en cinq ans. Et Petit-Un a même appris à chanter « Joyeux anniversaire » en chinois! J’espère tellement qu’ils aimeront le pays autant que moi, autant que nous.

Parler chinois

(Petit-Un a également l’intention de s’installer en Corée, quand il aura dix-huit ans. Ou en France, pour y devenir pêcheur.)

 

Le coup des photos

Autre volet moins exaltant, nous avons déjà dû entamer la guerre administrative de l’immigration. C’est très long. Il faut des tas de papiers. Papa-Tout-Terrain déploie une énergie extraordinaire pour tout nous rassembler.

J’ai dû aller faire des photos d’identité in extremis, pour les enfants et pour moi. J’ai cueilli les deux grands au tennis, rouge et brillants de sueur, avant de foncer chez notre photographe, qui était justement fermé, pour une durée indéterminée. Par chance, Petit-Un nous a dégotté un autre endroit. (Miraculeux, le gamin!)

A l’intérieur, ça sentait le chat, et il faisait intolérablement chaud et humide. (Le miracle a ses limites.) On devait faire une tête neutre pour la photo. Petit-Deux ne sait pas ne pas sourire. Au mieux il faisait un adorable cul de poule avec sa bouche. On s’y est repris à vingt fois. Petit-Un ne sait pas tenir sa tête droite et regarder l’appareil photo. On s’y est repris à vingt fois. Quand est venu mon tour, Miss-Trois s’est aplati sur le pied d’un projecteur. Je suis partie dans un rire nerveux et incommensurable. Je pleurais de rire. Littéralement. On s’y est repris à vingt fois. Mais on a eu Miss-Trois du premier coup.

Il a fallu ensuite photoshopper tout le monde en arrière-boutique. Trente minutes plus tard, toujours aucun signe de vie de la vendeuse. Pas un client non plus. J’appelle. Pas de réponse. Je pénètre dans l’arrière du magasin. Personne. Enfin un chat. J’ai flippé un peu avant de retrouver la dame assise par terre dans un coin sombre. Quelle idée d’installer ainsi son ordinateur!

Près d’une heure et demie plus tard, on a finalement récupéré les photos. J’ai une tête sinistre. Et Miss-Trois tire la langue.

Photos d'identite - MTT

 

Le coup des empreintes

Et ce matin à six heures, nous avons cérémonieusement fait apposer les empreintes digitales des enfants sur les demandes de visa. Préparées jusque tard dans la nuit par l’increvable et incroyable Monsieur Tout-Terrain.

Au reveil, Petit-Un a sauté du lit quand je lui ai dit de se dépêcher, qu’on allait lui colorer les doigts en bleu. Ca l’a intrigué.

La tête pleine de sommeil, on a fait les tests d’empreintes sur la table du petit déjeuner. A la peinture. On a longtemps réfléchi à la couleur en considérant les pastilles variées. On a opté pour le sobre: du noir. Mais ça faisait des paquets: on n’arrivait pas bien à doser l’eau. Alors on a ressorti le kit « tampons pour les bébés », sans parabène, sans BPA, et qui part à l’eau. Mais a vouloir faire de l’encre sans encre, ça donnait une surface grumeleuse pas très administrative. Sous la cinquième strate de mon matériel de bricolage, j’ai finalement retrouvé une encre bleue ordinaire, qui avait un peu séché mais pas trop.

C’est Petit-Deux qui a fait tous les tests. Il a été bien sympa parce qu’on lui a demandé de se laver les mains au moins dix fois, rapports à nos errements artistiques! Miss-Trois, elle, m’a fait une tête bizarre quand elle s’est vue avec les doigts bleus.

Un quart d’heure plus tard, le bleu avait tourné au violet sur la feuille. C’est peut-être parce qu’il était vieux? En tout cas, c’était encore plus joli. A six heures cinquante cinq, Papa-Tout-Terrain a emporté les précieux documents. Nos premiers visas sont en cours.

 

Alors voilà.

Nous partons en Chine. Nous sommes excités et terrorisés. Heureusement, nous sommes toujours très soudés. Heureusement, j’ai la chance de toujours avoir le soutien inconditionnel de Papa-Tout-Terrain. Alors c’est sûr, il y a des moments où ça va galérer sévère, mais ça va le faire, parce qu’à nous tous, on est drôlement coriaces!

Ca y est! Nous partons en Chine!

 

Partagez l'article... Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterEmail this to someone

44 réflexions sur « Nous partons en Chine »

  1. On revit depuis que nous sommes en Thaïlande et pour rien au monde on veut retourner en Chine presque 10 ans de vie, c’est passionnant, c’est épuisant mentalement. On ne vit pas entre les expats mais avec les chinois, j’ai toujours dit que la Chine a plein de gratte-ciel mais les chinois ne savent pas servir encore des ascenseurs. Les anecdotes sur la Chine on en a des tonnes et jamais de bien positifs. Je comprends que l’on peut aimer la Chine, on peut y vivre plus de 10 ans sans la connaître vraiment (j’en connais des expats qui vivent parmi des expats bon en Thaïlande aussi hein), sans fréquenter les hôpitaux (chinois chinois), vivre avec les chinois, se battre pout tout, ici à Bangkok j’apprécie le service, la qualité de vie… les parents ne s’occupent pas vraiment de leurs mômes (maid, bonne, mamie) mais en Chine c’est encore pire (plus de distance, plus de méfiance, moins de liberté)

    acheter des billets de train pour des places non assisses, aller aux toilettes sans porte (ou alors tu choisis le haut ou en bas), avoir des morts quand y’a promotion pour l’huile pour faire la cuisine, se promener avec des walking dead, avoir internet d’une lenteur avec censure etc, le taux de pollution hallucinant (depuis que l’on connait la Chine, je n’ose plus dire que Bangkok c’est pollué), comme disent des chinois « ne jamais faire confiance aux chinois » , un pays où l’argent est le plus important, pas de conscience morale, pas de liberté, pas d’éducation, pas de politesse

    j’ai choisi à vivre parmi en Chine pour la connaître vraiment, essayer de déménager avec des déménageurs chinois, après tu peux avoir plein de choses à raconter (de très négatifs). Nous on a fait des démarches seuls (les chinois n’y connaissent rien) transports, logement, voyage, banque et on est fiers de nous (mais on ne recommencera pas hein)

    1. Bonjour,
      Pardon pour mon retour tardif… demenagement et aller-retours vers la Chine nous prennent beaucoup d’energie.
      Je ne cherche pas a faire d’angelisme, et bien sur, il est des aspects de la Chine que nous apprecions moins. Tout comme pour la Thailande. Ou la France. Ou surement n’importe ou ailleurs. Il n’empeche que la Chine que nous connaissons est pour nous un pays tres attachant, et auquel nous nous sommes profondement attaches. Les aspects « difficiles » de la Chine que vous evoquez, nous les connaissons aussi. J’y suis arrivee seule, il y a longtemps, et « sans filet » ou presque. J’y ai fait toutes les demarches seule. (Et j’ai d’ailleurs partage certaines de mes petites aventures sur le blog.) J’ai eu des moments de decouragement, mais malgre tout cela, quand je retourne en Chine je m’y sens bien et a ma place. Je pense qu’il est difficile de juger un pays pour quelqu’un d’autre, en definitive…
      En meme temps, je suis tres heureuse pour vous que vous ayez trouve votre place a Bangkok. Nous avons egalement beaucoup d’affection pour la Thailande. C’est chouette que vous vous y sentiez bien 🙂

  2. Oh là là mais quelle nouvelle! Ton article est super, on comprend tout votre enthousiasme et en même temps la conscience des galères qui vont aller avec! Comme je vous admire et vous envie.
    Sinon, j’ai hâte de voir le dessin de petit 2 avec son pyjama de naissance, genre, retour aux sources!

    1. Oh! Merci pour ton gentil petit mot! Ca me touche beaucoup!
      Hahaha! Pour le pyjama de Petit-Deux, je caresse l’espoir qu’il ait oublie d’ici a notre installation. Il oublie rarement ses idees folles, mais il est aussi du style a avoir une nouvelle idee tous les quarts d’heures, alors en deux mois, j’ai une petite chance que ca passe a la trappe… 😀

  3. Super! Une nouvelle aventure qui vous apportera je suis sûre, beaucoup de surprises et de bonheur. Je vous le souhaite en tous cas! Et même si il y a de l’appréhension et que les débuts ne seront pas forcément facile, soit zen, ça va le faire 🙂

    1. Oh! Merci pour ton gentil mot! Nous ferons clairement tout pour que cette nouvelles experience soit une reussite. Et puis surtout, j’ai quand meme la chance formidable d’avoir Papa-Tout-Terrain, pour faire front avec moi, chaque fois que ca galere un peu… Bref, nous avons tout pour que cela devienne une tres belle aventure en famille! 🙂

  4. Waaa! Mais c’est super! Je suis vraiment ravie pour vous plein de courage pour cette nouvelle aventure que j’ai déjà hâte de suivre via ton blog! Gros bisous

  5. Et bien, quelle surprise ! 😉 Courage pour toute la paperasserie (ils ont réussi le tour de force à rendre ça pire qu’avant où c’était déjà l’enfer de Dante), mais à vous rien rien d’impossible. Nanjing vous voilà !

    1. Yes! 🙂 ! Et voila! On y est presque enfin… enfin pas tout a fait mais presque! De voir Papa-Tout-Terrain deplacer des tas de papiers avec des tampons de toutes les couleurs m’a soudain rappele avec effroi combien tout cet administratif etait lourd! Mais Nanjing, nous voila! Nous allons presque devenir voisines!

  6. whaohhouuu. je suis sur les fesses. vous me sidérez la famille tout terrain ! vous êtes un peu angoissés ? moi je serai au fond du trou a votre place ! et puis si tout le monde est enthousiaste, tout va aller !! hâte de suivre ça ! effectivement sur la photo, tu fais un peu peur !!! hihi

    1. Merci pour tes compliments!!! Cela dit, je suis sure qu’a notre place, tu t’en sortirais au moins aussi bien… tu es une sacree battante!
      Nous sommes effectivement tres enthousiastes… et j’ai tres hate de reparler chinois! Je m’entraine sur les enfants de temps en temps, et ils ont l’air plutot motives, de leur cote! 🙂

  7. Et bien, pour une nouvelle c’est une sacrée nouvelle ! Tu m’as l’air bien heureuse d’y retourner (malgré ton air sinistre sur la photo) !!! Bon courage pour les préparatifs et hâte de lire la suite de vos aventures 😉

    1. Ah oui, t’as remarque aussi… elle fait vraiment peur, ma tete! Merci pour tes encouragements… on va essayer de prendre les points les uns derriere les autres et enchainer au maximum… parce que plus ca traine, plus on flippe, d’experience 😉 … et puis, on a hate que ca commence « pour de vrai »!

    1. Oh! Merci pour tes encouragements! J’espere que cette periode d’entre-deux passera vite… Parce qu’en ce moment, c’est un peu penible, on n’a plus le temps pour rien d’autre que d’organiser notre mobilite! Mais de ces chamboulements devrait ressortir plein de nouveaux trucs positifs, on espere 🙂

    1. Oh! Je crois que ce courage, tu l’as eu bien avant moi 🙂 … peut-etre un jour jugerez vous en famille que c’est a nouveau le moment?… Nous, nous avons hate de ces nouvelles aventures, on sait que parfois ca ne sera pas facile, mais surtout, on attend vraiment de bien s’amuser et de decouvrir de beaux endroits et de belles personnes!

  8. Il est drôlement chouette le boulot ton homme ! Ils embauchent ?!
    Il me semble que tu voulais retourner en Chine, c’est super du coup 🙂 Je vous souhaite beaucoup de courage pour les démarches et le déménagement, et même si tes articles sur la nourriture thai vont me manquer, j’ai hâte de me régaler virtuellement de mets chinois !
    Bises

    1. Hum, en fait il y a plein de trucs pas si chouettes que ca dans ce boulot, mais en tout cas, travailler dans une entreprise internationale est un gros avantage quand on desire une mobilite a l’etranger. Je suis tres heureuse de retourner en Chine. Mais il s’agit aussi vraiment d’un projet familial. Mon mari est content de la destination aussi. Et nous souhaitons que nos enfants aient la chance de pouvoir apprendre le mandarin.
      Sinon, ca me fait super plaisir de te revoir par ici, Flora… je ne savais pas que tu continuais a me lire (et ca me touche vraiment). Je regrette vraiment ton blog et je pense souvent a toi… Et surtout, j’espere que ta petite famille va bien 🙂
      Des bises!

      1. Ça me touche beaucoup ce que tu dis là, la baleine que je suis est toute émue
        Je continue à te lire bien évidemment, je commente moins c’est vrai, mais je ne rate rien !

    1. Oui, ca c’est une nouvelle! On en est restes tout groggys, au debut 😀
      Nous sommes pleins de courage pour les demarches, effectivement… Rien d’infaisable, mais ca prend un temps fou… Nous n’avons plus le loisir de rien ces temps ci… Allez, ca ne durera qu’un temps 😉

    1. Non, honnetement, pas si impressionnants que ca… demenager a l’international dans le cadre d’une entreprise, c’est tellement plus facile que de devoir le faire seuls! Nous sommes assez privilegies, en fait 🙂
      Quant aux articles sur la Thailande… je souhaite encore en ecrire quelques uns pour nous rappeler les plus beaux endroits que nous avons traverses… et puis j’espere apres vous parler de la Chine. C’est encore plus depaysant, je crois. J’ai toujours eu beaucoup de plaisir a ecrire sur la Chine, du coup 🙂
      A tres vite pour de nouvelles aventures 😉

  9. Waow ! Quelle surprise ! J’ai hâte de suivre vos nouvelles aventures ! Je suis très contente pour vous, je suis sûre que tout se passera très bien. Courage en attendant pour toutes les démarches longues et fastidieuses, mais pour après écrire sur une nouvelle page votre nouvelle vie.

    1. Oui, pour les demarches longues et fastidieuses, ce n’est qu’un mauvais moment a passer… et de toute facon, tous ceux qui habitent l’etranger ont bien du le faire 😉 Maintenant nous avons hate d’entrer dans le vif du sujet et de pouvoir decouvrir notre nouveau cadre de vie 🙂

  10. Super, une nouvelle aventure ! Quelle chance de pouvoir changer de pays et d’en découvrir de nouveaux (même si a priori, vous connaissez déjà la Chine) !
    Bon courage pour les préparatifs de départ alors !

    1. Merci! 🙂 Oui, nous sommes tres heureux de cette nouvelle aventure qui se profile! Et puis, comme nous arriverons dans une ville que nous ne connaissons pour ainsi dire pas, il y aura beaucoup de decouvertes a faire! C’est ca qui est chouette!

Un petit commentaire me fait toujours plaisir...