«

»

Mai 30

Premiers jours de notre nouveau-né en Thaïlande

Les Thaïs adorent les bébés. Nous le savions. Nous n’imaginions pas néanmoins le déferlement de gloire qui attendait Miss-Trois à la sortie de la maternité. Et les usages étranges dont nous allions être les témoins privilégiés. Les premières semaines de notre princesse auront ainsi été marquées par le bonheur d’accueillir un cinquième membre parmi nous, mais aussi par les singulières découvertes du pouponnage à la mode thaïe.

Premiere balade d'un nouveau-né en Thaïlande

Il y a quelques temps, alors que je vous racontais ici la naissance mouvementée de notre Miss-Trois, j’ai réalisé combien sa petite enfance aussi était unique, surprenante et pleine de richesse. Au cœur de deux cultures divergentes, parfois antagonistes, parfois complémentaires. Je reprends finalement le fil pour partager avec vous quelques touches d’étonnements, de moments tendres et chaleureux, et quelques bonnes pratiques, aussi, venues de l’autre bout du monde…

 

Jour +1: Retour à la maison…

Au lendemain de la naissance de Miss-Trois, j’avais piaffé toute la journée, en attendant de sortir de l’hôpital. Mais pour raisons d’hémorragie post-partum, les médecins n’avaient finalement accepté de me délivrer qu’en soirée. A la façon orientale, on ne m’avait pas dit non le matin. « Encore une heure ou deux sûrement. » Deux heures plus tard itou. Et ainsi de suite jusqu’à la tombée de la nuit. D’une nature directe, je trouve toujours ces euphémismes très énervants, bien qu’ils soient une façon normale de communiquer en Asie. Bref, je trépignais. Mais couchée dans mon lit, vu que j’avais promis à Papa-Tout-Terrain de me tenir tranquille.

 

… sous les acclamations de la foule en délire…

Il était plus de neuf heures du soir lorsque nous atteignîmes enfin la maison. Notre nounou, son mari, sa fille ainsi que plusieurs autres nounous du quartier nous attendaient en une haie d’honneur. C’est dire l’excitation qui entourait l’accueil de la nouvelle venue! Le mari de la nounou nous a ouvert les portes de la voiture puis de la maison, a porté nos bagages. … avant de se faire brusquement refouler à l’extérieur par son épouse.

Premiers jours d'un nouveau-ne en Thailande

En une seconde vague, le reste de l’assistance s’est arrêté de respirer et s’est précipité pour la voir, avant que le berceau ne s’engouffre dans la maison. Au bout de quelques secondes, notre nounou a renvoyé tout le monde, manu militari. Ca suffit maintenant, il faut que le bébé se repose! Il a d’ailleurs fallu qu’on récupère les grands frères que l’on voulait jeter avec l’eau du bain. Etre aux côtés du bébé n’était a priori pas leur place non plus.

Notre nounou est restée un petit moment avant qu’on ne lui propose gentiment de rentrer chez elle. Plusieurs fois. Avec un peu d’insistance à la fin. C’est vrai qu’en Thaïlande, une jeune Maman ne reste jamais seule avec son nouveau-né. Sa mère ou sa belle-mère lui tient toujours la jambe. Enfin surtout celle du bébé. Mais, personnellement, l’aide de Papa-Tout-Terrain et l’agréable compagnie des deux grands me suffiraient vraiment. C’est très gentil. Vraiment. Merci beaucoup. A demain! Merci. Merci! Au revoir… Bonne soirée… Oui, oui, demain à l’heure normale… Merci encore…

Ouf enfin seuls!

 

Jour+2: Points de suture pour Petit-Deux

Le lendemain devait être paisible, avec Papa-Tout-Terrain à la maison pour le dernier jour de son congé paternité. Je lui avais même promis de me reposer régulièrement au lit pendant quelques temps, histoire de récupérer tranquillement sans prendre de risques indus. Nous ne quittions pas notre merveille des yeux.

Notre nounou, arrivée aux aurores, semblait en revanche dépitée. Alors qu’elle entendait passer sa journée à pouponner, nous gardions le bébé pour nous.

La maison avait presque déjà retrouve sa quiétude ordinaire lorsque Petit-Deux décida soudain de tester notre résistance au stress. Pan! A l’improviste, il prend sur lui de se fendre le crane sur un trampoline, comme ça, sans prévenir.

Il y a du sang un peu partout. On prend un torchon pour faire compression. On laisse le bébé à la nounou, et on jette le blessé dans la voiture. Zut, qu’est-ce qu’il va téter le bébé? On retourne chercher Miss-Trois. Vu les larmes au bord des yeux de Petit-Un, on l’embarque aussi. On part finalement en catastrophe, mais en famille.

Les points de suture

Il y aura eu plus de peur que de mal heureusement. L’affaire se conclura avec trois points de suture et une belle ordonnance pour des soins quotidiens à l’hôpital, sur les dix jours suivants. Cette aventure marquera, en sus, la fin officielle de mon alitement post-partum, à l’issue de trois heures de tranquillité.

 

Jour+3: Première sortie de notre nouveau-né en Thaïlande

Au troisième jour, Miss-Tout-Terrain effectuait sa première vraie sortie officielle, sous le feu des projecteurs. La résidence entière avait été conviée à l’événement.

Dès l’aube, Papa-Tout-Terrain ayant rejoint son travail, notre nounou me demandait la permission d’emprunter Miss-Trois. Euh… J’étais restée sur la Chine, où il est très mal vu de se balader en extérieur avec un bébé si petit. Vous êtes sûre? On peut vraiment laisser sortir nouveau-né en Thaïlande? A priori oui. Il faisait beau et chaud, mais pas trop de soleil. Et nous habitions la campagne. Il s’agissait d’après ses dires de conditions optimales.

A mon feu vert, notre nounou a alors dégainé son téléphone et appelé les trois quarts du monde. « Venez tous vite! C’est bon! J’ai le bébé! » (Bon, je traduis l’idée, puisque je ne parle pas thaï. Mais l’esprit est vraiment là!)

Notre nounou en adoration

Elle a ensuite choisi la tenue. Une robe rose fuchsia. Un bandeau rose clair avec une fleur. Et une sorte de fuseau rose aussi, mais d’un rose pas pareil. Les trois pièces provenant d’ensembles différents. Je n’aime pas tellement le rose et je déteste les tenues trop « filles » sur les petits bébés. Mais de toute évidence, nous ne partageons pas les mêmes goûts. Bon, tant pis, je n’y serais pas…

A la porte je la retiens. « Mais, vous ne lui avez pas mis de chaussettes! » La nounou éclate de rire: « Il fait trente-cinq degrés! Ca serait bien cruel de lui mettre des chaussettes! »… Oh, encore des relents de Chine… On m’a tellement reproché de sortir mes bébés pieds nus, même par canicule, que j’avais pris l’habitude de leur enfiler des chaussettes par tous les temps. La paix sociale n’a pas de prix. Il allait me falloir m’habituer aux nouveaux codes de la Thaïlande…

 

Désaccords culturels… Qui s’occupe de bébé?

Malgré tout, les sorties et l’organisation de l’emploi du temps de Miss-Trois devinrent assez rapidement une pierre d’achoppement. Notre nounou s’attendait semble-t-il a pouvoir faire une quasi libre utilisation du bébé. J’étais pour ma part heureuse et désireuse de garder ma fille près de moi, de la regarder sourire en dormant de son sommeil de nouveau-né, de sentir ses petits cheveux et de caresser à tout bout champ ses minuscules orteils.

Je refusai plusieurs sorties mondaines. La plupart du temps pour l’excellente raison que Miss-Punk était en train de dormir. Notre nounou me fit part de son désarroi: « Vous comprenez, Khun X, la nounou du voisin blondinet veut que je lui amène Miss-Trois. Et Khun Y qui fait le ménage chez Madame Truc doit passer ici, pour voir le bébé. Sans compter que dois envoyer des photos à Khun Z, la vendeuse de légumes, et donner des nouvelles aux jardiniers qui se demandent quand vous êtes rentrés. »

Je crois qu’elle n’a jamais compris mes refus. Quelques mois plus tard, elle m’a expliqué qu’à la naissance de ses propres enfants, elle n’avait pas eu le loisir de s’en occuper. Sa belle-mère était venue s’installer chez elle pour prendre les bébés en charge. Elle les habillait, les lavait, les changeait, les promenait et dormait avec eux. Elle ne les emmenait à leur mère que pour les faire téter. « Ce n’est pas à la mère de s’occuper de ses enfants… » m’avait-elle soufflé, avec un poil de reproche. La mère devrait se reposer, plutôt. Le noyau familial et les usages sociaux sont bien différents pour un nouveau-né en Thaïlande. Je comprends sa déception mais nous ne sommes pas Thaïs et avons choisi de faire à notre façon, malgré tout.

Les freres en adoration

 

Une histoire à suivre…

Nous n’en n’étions encore qu’au début de nos découvertes, de nos étonnements et de nos oppositions. Le chemin serait certes pavé d’incompréhensions et d’obstacles, mais quelle richesse, finalement, de voir grandir son nouveau-né en Thaïlande, entre deux cultures.

Je reviens très vite vous en dire un peu plus sur les soins de bébé, au quotidien…

 

Partagez l'article... Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterEmail this to someone

(40 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. MumChérie

    C’est intéressant… J’aime comme l’arrivée d’un bébé est un évènement attendu et acclamé, mais il faut savoir rester zen quand on t’explique que la place de la maman n’est pas auprès de son tout petit !

    1. Maman-Tout-Terrain

      Tu as raison! Il est tres plaisant et tres flatteur de voir avec quel enthousiasme et quelle gentillesse la Miss a ete attendue par tous! Quant a la zenitude, apres dix ans d’Asie, j’y travaille serieusement. (Et ca marche plutot, surtout avec mes enfants et ma nounou 😉 )

  2. chroniquesdameliejeanne

    Pas simple effectivement mais très certainement enrichissant. Merci de partager avec nous tes aventures.

    1. Maman-Tout-Terrain

      Merci a toi de ton passage 🙂 … Ce n’est pas toujours simple… mais a la fin on s’amuse bien, quand meme 😉

  3. zenopia

    J’adore découvrir les différences culturelles !
    Fameuse blessure pour Petit Deux :/
    Belle journée 🙂

    1. Maman-Tout-Terrain

      Merci Zenopia! C’est toujours un plaisir de t’emmener voyager a nos cotes! J’espère que tu vas mieux… Une belle journée a toi!

  4. mapetitefabriqueareves

    Oh la la, difficile de confier son nouveau-né (que l’on voudrait forcément garder près de soi) sans froisser cette nounou si dévouée et ancrée dans ses traditions. Cela n’a pas dû être évident pour toi de trouver ton équilibre sans te sentir dépossédée de tes propres choix. Toutefois, je pense que cela demeure malgré tout une expérience tellement enrichissante à vivre…

    1. Maman-Tout-Terrain

      Je trouve que tu as les mots justes: malgré des moments difficiles a accepter, de notre point de vue d’Occidentaux, il est si riche d’être confronte a l’altérité culturelle qu’il ne faut rien regretter… D’autant qu’avec le temps, la situation a tout de meme fini par se tasser 😉

  5. Appellation Maman

    J’admire ton calme… je crois que j’aurai littéralement pété un câble! Et je parle pas de mon mari…;) Mais c’est vraiment très intéressant de voir comment ça se passe à l’autre bout du monde 🙂 Bisous ma belle

    1. Maman-Tout-Terrain

      Heureusement, de notre cote du globe, il est tres mal vu de s’enerver… j’ai appris petit a petit a mieux me maitriser, quand j’etais en colere, si bien que j’ai reussi a plutot bien me tenir, meme en bouillonnant interieurement 🙂

  6. Tara B.

    Le côté attraction et la mère ne doit pas s’occuper de son petit ressemblent pas mal à la Chine. Il n’y a guère que l’histoire des chaussettes qui diffèrent. Moi je voyais mon ayi faire la danse de la pluie quand je lui disais que je partait une heure en lui laissant Beauté Mandarine et qu’elle réalisait qu’elle allait enfin pouvoir s’en occuper elle sans moi pour l’empêcher de s’approprier mon bébé 😉

    1. Maman-Tout-Terrain

      Ah, vous aussi vous l’avez, le coup de la chaussette! 😀
      « La danse de la pluie »… le mot est tres juste, effectivement! C’est fou cette passion pour les petits bebes, et cette volonte de les avoir pour soi tout seul. J’ai beau etre un peu gnan-gnan, ca ne me viendrait pas a l’idee.
      Vous me rappelez une anecdote de Chine, d’ailleurs, que je me permets de vous servir pour la route. A Shanghai, ma chambre donnait sur un bout de balcon ou nous n’allions jamais. Eh bien, a chaque fois que je faisais teter mes bebes dans la chambre, notre ayi allait passer la serpillere a cette endroit precis, qui a fini par briller comme un miroir, au bout de quelques mois 😉

  7. Mam'Weena

    Wahou … sachant que je garde mes petits six mois avant de les confier à la nounou, je crois que je l’aurais mordu (même si je peux comprendre le transfert due à la frustration que ce soit sa belle mère qui se soit occupé de ses propres enfants)
    En tout cas, c’est passionnant les décalage inter-culturels (quoique, être femme du médecin dans un petit bled de campagne, c’est pas mal non plus, tout le village à cru que j’avais accouché quand il a traversé le patelin avec un bouquet de fleurs pour mon anniversaire … 3 semaines avant que je n’accouche réellement )

    1. Maman-Tout-Terrain

      C’est clair que ce n’est pas facile du tout de laisser ses tout-petits… J’ai d’ailleurs souvent eu envie de mordre, ce qui explique que je publie ce billet avec neuf mois de decalage… Il m’a fallu neuf mois pour retrouver un semblant de recul et de bienveillance 😉 (Avant j’avais ecrit mille brouillons sur le sujet, mais on sentait bien que j’etais encore un peu en colere…)
      La vie dans un tout petit village est unique egalement… Ton anecdote m’a beaucoup fait rire! Pas facile de gerer une telle celebrite 😉

  8. escarpinsetmarmelade

    Merci de nous livrer cette part de ton intimité ! Ça me fait vraiment plaisir de découvrir ta jolie petite tête ! Vous avez bien fait de ne pas céder et de faire à votre façon. On lit le bonheur sur ton visage !

    1. Maman-Tout-Terrain

      Oh merci! C’est super gentil! 🙂 On a essaye de trouver un juste equilibre pour ne pas ceder, mais sans trop blesser notre nounou… C’est facile non plus, pour elle, d’arriver comme un cheveu sur la soupe au milieu d’une famille etrangere 😉

  9. C.

    Que c’est intéressant de voir ces différences culturelles ! Merci !

    1. Maman-Tout-Terrain

      Merci votre passage et pour ces mots gentils 🙂 Au plaisir 🙂

  10. siampara

    J’ai passé mes grossesses en Chine et les naissances en Thaïlande. Finalement je suis profondément française même si je ne suis pas née française. Ahhh les mères, les belles-mères les nounous.. heureusement qu’on a su résister.. ici les jeunes mères ne savent pas s’occuper de A à Z de leurs propres bébés, c’est terrifiant. C’est l’Asie en gros.. la communauté, ça m’énerve ce truc, mais j’ai de la chance d’avoir un mari présent qui s’occupe très bien des enfants. Quand j’ai dit à un thai que je suis seule avec deux enfants- un constat pas pour me plaindre- (que j’ai dû dire à mes parents « ne vous inquiétez pas partez en voyage, j’ai vécu des années en Chine, je peux me débrouiller en Thaïlande le pays avec le meilleur service au monde).

    Chaque fois que l’on dit aux gens qu’on n’a pas de nounou, les gens nous prennent pour des E.T, mais notre vie privée c’est inestimable.

    Cette société a trop de nounous… je vois bien que parfois deux enfants, deux nounous… la mère marche avec smartphone tranquille, les médecins demandent à la nounou tout sur l’enfant et pas à leurs parents (à quoi ça sert, ils ne voient pas leurs enfants de la journée)… la Chine c’est plus les mamies (méfiance envers tout le monde, radinerie) et la Thaïlande c’est la nounou (mais y’a plein de t-shirt en Thaïlande écrit en thai qui disent « j’ai pu grandir grâce à mamie »)

    1. Maman-Tout-Terrain

      Vous connaissez bien la Chine et la Thailande! Quelle chance de pouvoir elever vos enfants entre plusieurs cultures!
      Dans notre entourage, beaucoup d’enfants ne sont effectivement pas eleves par leurs parents, et c’est assez triste. Je ne jetterai neanmoins pas systematiquement la pierre aux parents. Beaucoup travaillent enormement pour donner un avenir meilleur a leurs enfants. Dans les usines ou j’ai travaille, beaucoup de parents renoncaient a voir leurs enfants et les envoyaient vivre a la campagne, chez les grands parents, pour economiser plus et depenser moins. Et envisager une meilleure scolarite pour leurs enfants, plus tard.
      J’ai par ailleurs fait exactement la meme experience que vous: plusieurs fois, on ne m’a pas crue quand j’ai explique que je pouvais m’occuper de mes trois enfants toute seule. Dans ces cas la j’aime bien enfoncer le clou et expliquer que tout le monde fait ca en France. Et admirer la tete stupefaite de mon interlocuteur 😀

  11. bibliblogueuse

    J’adore lire la suite de tes aventures avec Miss-trois ! Quelle surprise de voir qu’elle n’était pas seulement attendue par sa famille mais par tout le quartier ! Mais je comprends que tu aies voulu t’en occuper et que tu aies gentiment repoussé les assauts de la nounou. Au Japon, la mère part chez sa propre mère pour se faire aider et ne pas trop se fatiguer. Parfois c’est la mère (ou la belle-mère) qui vient à la maison. Vivement la suite !…

    1. Maman-Tout-Terrain

      Je me souviens bien de ton billet sur les enfants au Japon, et les premiers mois avec l’aide des grands-meres. Les cultures de nos deux pays ne sont pas si eloignees en cela…
      Dans le meme ordre d’idee, ce qui m’a souvent fachee aussi, c’est notion selon laquelle les personnes plus agees savent forcement mieux. (Je sais que tu as la meme au Japon 😀 ). Des visiteuses thaies, agees mais sans enfants sont venues mettre leur grain de sel a la maison en m’expliquant comment je devais faire… et si cela semblait normal a tout le monde, je dois avouer que ca m’a personnellement un peu tape sur les nerfs… Autres cultures, autres usages 😉

  12. Sarah Ymum

    Je trouve ton article passionnant !!! Ayant moi même beaucoup souffert dans les jours ayant suivi mon premier accouchement, je vois ces décalages sous un jour nouveau… Oui, en France, les parents et surtout la mère, sont avant tout là pour leur bébé. On a tendance à se faire aider pour la garde et les sorties des plus grands, les courses, le ménage, pour laisser la maman vivre à fond sa lune de miel.
    Je suis une mère profondément possessive, et j’aurais très mal vécu que l’on souhaite s’accaparer mon bébé pour des mondanités… MAIS (il y a un mais!) ayant eu des bébés qui ne dormaient JAMAIS, et surtout ma deuxième qui tétait toutes les 1h30 voir moins (jusqu’à ses 7-8 mois), je me suis trouvée dans état post-apocalyptique niveau fatigue. Et j’aurais tellement aimé qu’on me laisse dormir, qu’on me l’amène juste pour téter, et qu’on me laisse dormir à nouveau.
    Un équilibre est à trouver, c’est certain, mais cette aide, ce « bébé social » dont tout le monde s’occuppe visiblement en Thaïlande, mais aussi en Inde, en Afrique, etc., est un modèle qui permet aux femmes de se remettre plus vite que dans notre course occidentale effrénée, où dès la sortie de la maternité, on doit montrer que l’on est déjà au top.
    Bref, je pense que si elles le souhaitent, le jour où mes soeurs, belles-soeurs, et même mes filles seront maman, je leur proposerai l’aide que j’aurais tant aimé avoir : être une ombre, tapie dans un coin, qui range, qui fait la cuisine, qui porte le bébé, qui ferme la porte et pose une couverture sur cette jeune maman assoupie… Afin qu’elles puissent dormir, profiter de ces premières semaines pour ne faire que se reposer, et admirer leur bébé.
    Quel roman, je suis désolée mais ton article m’a vraiment touchée et remue beaucoup de choses en moi.

    1. Maman-Tout-Terrain

      Je me souviens bien de la facon dont tu avais evoque pudiquement les montagnes russes de tes sentiments en tant que jeune Maman, dans plusieurs de tes billets qui m’avaient beaucoup touchee.
      Merci au contraire pour ce long commentaire, tres constructif. Tu as raison de le souligner: s’il est difficile de laisser son bebe a d’autres dans les premiers temps, il est aussi securisant et reconfortant pour la Maman de ne pas se retrouver seule, face a des situations nouvelles, difficiles, epuisantes, et qui chamboulent tellement. En regard, les enfants eleves ici dans un contexte « social » sont souvent locaces, interesses a tout, ouverts, souriants… et surtout, je trouve qu’ils pleurent tres peu, par rapport a des enfants d’Occident… bref, effectivement, il y a enormement de positif dans ces usages!
      Ton idee de vouloir rendre service, petite ombre et oreille attentive, pour les jeunes Mamans de ton entourage me semble a ce titre excellente. Je suis sure que cela pourrait reconforter tant de jeunes meres un peu perdues… 🙂

  13. jenesuispasunepoule

    C’est fou ces variations entre les différentes cultures et je trouve ça passionnant, même si à vivre ça doit être parfois assez déroutant. J’ai hâte d’avoir la suite!

    1. Maman-Tout-Terrain

      Oui, c’est toujours intéressant -meme amusant, je trouve- d’être confronte a l’altérité des autres cultures! Je te conseille effectivement de revenir pour la suite: je ne l’ai pas encore écrite mais j’ai fais la liste de tout un tas d’anecdotes très rigolotes et étonnantes!

  14. Flora

    ça devait être bien tendu à gérer ce choc culturel ! J’ai bien ri en tout cas 🙂

    1. Maman-Tout-Terrain

      Bien vu! Effectivement, comme tout choc culturel, c’était tendu! Dans ces cas la, il faut surtout faire bon coeur contre mauvaise fortune, et attendre que ca aille mieux… Heureusement, les gens ont une communication tres sereine, en Asie 🙂 …

  15. maman délire

    oulala rien qu’en lisant le billet j’ai les griffes qui poussent !!! là j’aurai pas pu… les premiers jours avec bébé c’est moi et son papa, et ses frères et sœurs. la famille était la bienvenue, mais repartir avec ça aurait été hors de question !! je peux comprendre que ça soit une question de culture, mais elle aussi peut comprendre que vous n’ayez pas la même culture non ?

    1. Maman-Tout-Terrain

      Notre nounou comprend bien que nous ne partageons pas la meme culture… mais je crois qu’elle n’a pas reussi a mettre de cote ses attentes propres, liees a l’arrivee du bebe, et independantes de ce que nous souhaitions pour notre famille.
      Il a fallu que nous trouvions tous un nouvel equilibre a l’arrivee de Miss-Trois, mais le temps de la mise en place a finalement ete assez long. On a toujours essaye neanmoins de rester ouverts et a l’ecoute, pour ne pas nourir des rancoeurs sur le long terme. Notre nounou est precieuse pour nos enfants, et c’est aussi une figure stable dans notre quotidien, vu que malheureusement nos familles sont eloignees…

  16. 3 enfants en 3ans

    Plus je te lis, plus je me passionne pour tous ces détails de « décalages culturels ». Merci de partager ces moments du début de la vie à 5

    1. Maman-Tout-Terrain

      C’est toutes ces petits aventures du quotidien qui font le sel de notre vie a l’étranger! Malgré des moments durs loin de la famille, ca nous motive et nous passionne tellement 🙂

  17. Die Franzoesin

    C’est hyper intéressant ! Bien sûr je comprends ton agacement et je ne souhaite pas confier mon nouveau-né directement après la naissance ! D’un autre côté je dois dire que cette culture a peut-être aussi du sens. On voit tellement de jeunes mamans esseulées en proie au baby blues ! Quant à la cicatrice ouille heureusement plus de peur que de mal…

    1. Maman-Tout-Terrain

      C’est exactement ca! Il y a clairement de très bonnes choses a tirer de ces usages, pour la mere et l’enfant… Mais ca va tellement a l’encontre de notre culture plus individualiste que ce n’est pas facile a accepter.
      Dans mon cas, la réponse était « facile », puisque j’étais l’employeur… Mais quand il s’agit de sa propre mere, j’imagine qu’on doit ressentir pas mal de conflits de loyauté…

  18. Picou

    Waow, quel décalage effectivement…je comprends que ça t’ait tapé sur le système, j’avoue que j’aurais eu bien du mal et que je me serais clairement sentie dépossédée de mon bébé!

    1. Maman-Tout-Terrain

      Tu as raison, je crois que ces sentiments sont assez instinctifs chez une Maman… peut-être une histoire d’hormones?… J’ai parfois senti monter en moi des bouffées d’agressivité que ma politesse habituelle avait beaucoup de mal a contenir 🙂

  19. Catwoman

    Je te remercie pour le partage. C’est super intéressant de découvrir d’autres cultures !

    1. Maman-Tout-Terrain

      Merci pour ton gentil commentaire! Ca me fait super plaisir de voir que tu es passée 🙂

  20. ellea40ans

    C’est passionnant, drôle, et émouvant. Vous avez une nounou un poil envahissante mais adorable. j’attends la suite avec impatience! J’espère que le cascadeur va mieux. Lui aussi a du avoir un sacré moment de gloire avec une balafre pareille ! Merci pour cet article. Bisous

    1. Maman-Tout-Terrain

      Notre nounou est effectivement adorable avec Miss-Trois. Elles sont très rigolotes toutes les deux avec leurs habitudes… On dirait un vieux couple des fois 😀
      Le cascadeur va bien… et continue de cascader! C’est un petit garcon qui n’a jamais les deux fesses posées sur sa chaise tant il est actif 🙂 … mon petit cœur de Maman fait souvent de grands bonds… mais c’est en cascadant qu’on apprend 🙂

Un petit commentaire me fait toujours plaisir...