Petites Bestioles de Thailande

Cafard


On n’était pas là mais notre petit doigt nous a dit que Grand-Tatie-Tout-Terrain a poussé des cris d’orfraie à la vue de quelques gentilles petites bêtes de Thaïlande, dans notre récit d’un week-end de Débandade. A la maison, il est vrai que nous avons en quelque sorte pris l’habitude de cette large palette zoologique. Mais, en nous replongeant dans nos trois ans de Thaïlande, nous avons plein d’histoires à raconter. Alors attachez vos ceintures, mes braves, parce que je peux déjà vous dire que vous allez trembler dans vos bottes!

(Grand-Tatie-Tout-Terrain, si tu tombes sur ces lignes pas la peine de poursuivre… Au fait, tu as lu notre billet sur la grossesse à l’étranger?…)

 

Des bestioles acceptables…

Mai 2013. On est passés directement de notre trente-sixième étage de Shanghai à une jolie maison au milieu de la campagne thaïlandaise… En un jour, notre vie a changé.

Mon premier souvenir, c’est qu’il y avait des geckos un peu partout sur les murs. A l’extérieur, bien sûr, mais aussi à l’intérieur. Les geckos, au demeurant, je les aime plutôt bien. Ils sont discrets et timides. Ils donnent l’impression d’être propres sur eux et ne prolifèrent pas trop. Le problème du gecko, c’est que c’est parfois distrait… il pense à sa petit amie Jocelyne et pouf!… il tombe du plafond à dix centimètre de moi ou pire, sur mon pied! Ça me fait des frayeurs bleues!

L’autre problème du gecko, c’est ses crottes. Soit on a des bataillons de geckos camouflés dans la maison, soit chaque gecko fait beaucoup de crottes. Les premières semaines, j’avais vraiment l’impression de faire le coup du tonneau des Danaïdes à l’envers. Chaque jour, je passais et repassais balais, aspirateurs et serpillères. Chaque matin, il y avait autant de crottes de geckos, bien nourris aux insectes. Des insectes, il n’en manque pas non plus…

Bebe Gecko

… On a des moucherons qui adorent chercher refuge dans nos yeux, et qui s’agglutinent sur le moindre petit bobo. Eux viennent des plantations d’ananas, qui sont légion dans notre région. Il parait d’ailleurs que notre résidence a été construite sur un champ d’ananas.

… On a des mouches. En ce moment c’est la pleine saison. Elles forment des tapis noirs tout autour des poubelles.

On a de gros scarabées brillants. Notre nounou les confiait aux (bons) soins de Petit-Deux, lorsqu’il était bébé: « Pour qu’il n’ait pas peur des insectes ». Il en a certes croqué un ou deux, mais aujourd’hui il est effectivement devenu un p’tit gars intrépide.

 

… des moins sympas…

On a des cafards qui aiment bien les canalisations. Eux sortent surtout la nuit et c’est tant mieux. On s’est habitué, mais on ne les aime pas tellement. Ils font bien quatre ou cinq centimètres de long. C’est gros. Et on les trouve un peu dégoutants. Derrière la maison, en ouvrant une plaque d’égouts, nous sommes un jour tombés sur leur cachette. Ils étaient des milliers, des millions à y grouiller! On a vite fait sceller tout ça mais rien que d’y penser, ça me donne des frissons!

Cafard

On a des fourmis. Des petites fourmis qui se précipitent dès qu’elles sentent la nourriture, l’eau ou le savon (oui oui). Le technicien de maintenance, un vieux monsieur bedonnant qui n’a visiblement jamais mis un pied dans une cuisine, m’a proposé de toute dégommer à l’insecticide. Vous savez, ces bombes avec un « X » rouge dessus… sur nos réserves alimentaires… Bref, depuis que j’ai dit non, je me fais obligation d’occire quotidiennement ces bestioles, par centaines, et à l’éponge.

On a aussi de grosses fourmis qui vivent dans l’arbre au-dessus de la voiture. Elles piquent très fort et sont si nombreuses et agressives que certains jours, on doit balancer des seaux d’eau pour les déloger, avant de pouvoir accéder au véhicule. De guerre lasse, on a finalement décidé de leur abandonner ce bout du jardin.

Grosse Fourmi

Il y a enfin les moustiques. On s’en méfie fort car ce sont les plus dangereux. Mais tout le monde est très vigilant ici, et notre nounou en premier. Elle vérifie qu’il n y a pas d’eau stagnante autour de la maison. Elle « anti-moustique » les enfants avant les sorties. Elle surveille les fièvres persistantes et partage expérience et recommandations avec nous. Touchons du bois, nous sommes prudents et n’avons pour l’instant pas eu de problèmes!

 

… et des serpents aussi!

Heureusement, les serpents, on n’en n’a pas croisé si régulièrement que ça. On en a vu quelquefois en promenade, et une fois devant la maison. Enfin moi, j’étais même pas là. Je faisais tranquilou la grasse mat’ quand Papa-Tout-Terrain a surgi dans l’encoignure de la porte de notre chambre, transpirant, échevelé et soufflant. Au bout de ses bras, deux enfants criant et hurlant respectivement: « On a perdu les vélooos! » et plus intéressant: « Le serpent… il a mangé les vélooos! ». Ayant certainement l’esprit moins embrumé que moi, vous l’aurez compris: ma petite famille, en promenade (à vélo) avait rencontré un serpent. N’écoutant que son courage, Papa-Tout-Terrain avait choisi de sauver sa progéniture, abandonnant les tricycles –mieux vaut ça que l’inverse. Nous ne revîmes jamais ce serpent. Et nous retrouvâmes même les vélos que le reptile n’avait finalement pas consommés.

Serpent

Ici, tout le monde a son histoire de serpent. On en retrouve par exemple toujours un ou deux, chaque année, planqué dans les boites de nos entrepôts.

Nos voisins japonais, quant à eux, ont eu une belle frayeur, il y a quelques temps… Notre voisine, alors qu’elle pestait contre sa porte coincée, la débloqua soudain d’un coup d’épaule. Elle délogea par la même occasion un reptile bien carapaté entre le montant et le battant, et qui lui tomba juste entre les deux pieds. Plus de peur que de mal, heureusement… mais beaucoup de peur, tout de même…

 

Là où ça se corse, c’est qu’on ne peut pas les tuer…

Ma liste de bestioles n’est pas exhaustive. Nous fréquentons également des tas de papillons. Des araignées plutôt petites heureusement. Des fournis volantes qui nous envahissent avant les orages. Et des millipèdes variés et plus ou moins amicaux. Il y a trois ans de cela, c’est justement alors que j’étais sur le point d’écraser l’un de ces mille-pattes velus à l’aspect irritant qu’est arrivé l’avertissement: « Stoooop! En Thaïlande, on ne tue pas les animaux! »

Fourmi volante

Eh oui mes amis, car la Thaïlande est très principalement bouddhiste, et que le premier précepte du bouddhisme est de ne pas tuer. L’idéal est donc de mettre l’animal en boite et l’envoyer voir dehors si j’y suis. Et c’est bien la raison pour laquelle je tue mes fourmis en cachette… Parce qu’un cafard à mettre dehors c’est jouable… mais plusieurs centaines de fourmis, il y a de quoi perdre la raison!

Je vous disais tout à l’heure que c’est un peu un zoo chez nous… On a eu des souris, aussi, dans la cuisine. Des souris un peu bornées, d’ailleurs: elles bouffaient notre sauce soja et nos pastilles pour le lave-vaisselle, alors qu’on a des trucs bien meilleurs! Du coup on a eu des mini cages pour attraper les souris… et les relâcher dans la nature. Papa-Tout-Terrain est devenu un champion pour ça, et les enfants de fervents supporters!

 

… en fait si on peut les tuer dans certains cas…

En fait, ça se corse encore… Un jour, j’ai surpris notre nounou impitoyablement écrabouiller un cafard gras qui passait paisiblement par là, sans intentions belliqueuses.

De même, à propos des souris qu’on s’était mis d’accord pour relâcher au paragraphe précédent, la même nounou m’a demandé d’un air tout innocent si elles étaient grosses ou pas. « Bon, ça va » a-t-elle soupiré d’aise après que je lui ai répondu par la négative… « Si elles avaient été plus grosses, on aurait pu les garder pour les manger… » Quoi? Beurk!

De fil en aiguille, après l’avoir longuement questionnée, j’ai appris qu’il existait plusieurs méthodes de contournement à la règle bouddhiste « tu ne tueras point ».

  • D’abord, il est acceptable de tuer si ce n’est pas pour soi. Style, si je demande à la nounou de tuer les fourmis, elle le fera sans arrière-pensée. En même temps c’est exactement le truc que je lui demanderai jamais depuis qu’on m’a expliqué de ne rien tuer ici. Du coup quand elle tue son cafard elle me prête une intention que je n’ai pas réellement. Mais je suppose que c’est pardonnable.

Petites Fourmis

  • Ensuite, tuer ou faire tuer un animal pour se nourrir est permis, dans la mesure où ce n’est pas pour soi seul. Tu peux donc tuer un cochon si tu ne le manges pas tout seul. Pour le cochon c’est pas tellement un problème, mais s’il s’agit d’une crevette, je ne suis pas sûre de comment la règle s’applique.
  • Heureusement il reste une dernière dérogation pour résoudre les cas litigieux. On peut se racheter d’avoir tué un animal en faisant une offrande au temple et là, ça remet le compteur à zéro.
  • Et pour conclure, dans l’idéal en tout cas, mieux vaut manger l’animal que l’on vient de tuer plutôt que de l’avoir tué pour rien…

 

… et c’est ainsi qu’un cobra a été mangé!

Oui, encore une histoire de reptile… (Coucou Tatie!) D’autres de nos voisins ont récemment reçu la visite d’un cobra dans leur jardin. A priori le reptile était un peu inquisiteur, voire franchement agressif. Parce qu’il y avait des enfants et qu’elle est super courageuse, leur nounou s’est emparée d’un bâton et a tué la bête. Bien consciente cependant de la dangerosité du cobra, elle en a tout de même tremblé de frayeur, a posteriori, pendant un long moment.

Serpent

Par modestie, elle a expliqué dans le voisinage que ce n’était pas un très gros cobra. Il paraît que ce n’était vraiment pas un ver de terre, non plus… Un petit deux mètres quoi! Bref, une fois tué, le cobra a fini à la casserole, en soupe! Il semblerait que ce n’est pas parmi les meilleurs serpents, mais que ça donne force et santé!

(Je sais tout ça par notre nounou. C’est très pratique d’avoir une nounou: en plus de garder les enfants, elle nous raconte tous les potins du quartier!)

 

Un environnement zoologique unique

Pour nos enfants, qui ont pour ainsi dire toujours vécu en Thaïlande, cette faune fait partie du quotidien et ne prête pas à l’étonnement. Ils connaissent la dangerosité des serpents et savent comment réagir s’ils devaient en croiser. Ils savent se protéger des moustiques. Ils peuvent distinguer les fourmis qui chatouillent des fourmis qui pourraient piquer. Ils ont appris à respecter les bestioles qui nous entourent, sans les embêter et sans les blesser, comme le veut l’usage local…

… Mais ils ne connaissent rien des insectes « français »! L’été dernier, Petit-Un a découvert, émerveillé, les gendarmes. Quant à Petit-Deux, il ne cesse de s’extasier, ces derniers temps, sur les magnifiques « cafards », qui ornent le lit de la petite sœur à venir! Jugez plutôt des cafards…

Cafards du lit de Petit-Trois

N’en déplaise à Grand-Tatie-Tout-Terrain (je vais être déshéritée à force), notre vie d’aventuriers de pacotille n’est finalement pas très dangereuse! Contre les serpents, notre résidence a des « snake catchers » et procède régulièrement à des épandages de souffre, pour éloigner les reptiles. Contre les moustiques, nous avons des pulvérisations, des moustiquaires, des anti-moustiques et des tas de précautions. Contre les cafards, les fourmis qui chatouillent, qui piquent, et contre les crottes de cafard, je n’ai rien trouvé d’autre que la patience, en revanche. Malheureusement, c’est parfois une ressource qui se fait rare!

Et vous, quelles sont les pires bestioles que vous fréquentez?

 

 

Parenthèse: quelques mots de mes photos…

Mon article est prêt depuis un petit moment mais j’ai eu beaucoup peine à rassembler de quoi l’illustrer un minimum. La fourmi est petite, rapide et fourbe, donc jamais nette. Le gecko est timide et imprévisible: c’est à peine si j’ai réussi à en trouver un « utilisable » sur une centaine de cliches. Quant au cafard, il n’est jamais la quand on le cherche. Remerciements éternels à Papa-Tout-Terrain qui m’en a finalement trouve un a six heures du matin et me l’a religieusement conserve -et en bon état- pour la photo!

 

 

Retour en Haut de Page

Partagez l'article... Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterEmail this to someone

16 réflexions sur « Petites Bestioles de Thailande »

  1. Oh My God !!!
    Moi qui me plaint de mes 2 pauvres geckos, des fourmis (par centaines et que j’écrase soit avec le doigt soit avec l’éponge), des araignées (qui piquent bien) et des cafards (de temps en temps), je n’aurais pas du lire ton article ! J’en ai des frissons dans le dos !

    1. Hahaha! Désolée pour les frissons… En effet je me souviens bien de ton anecdote avec le gecko 😀
      Je pense qu’on s’habitue surtout à ce qu’on côtoie -plus ou moins volontairement- régulièrement… Ce matin, il y avait une araignée sur mon tee-shirt (elles ne piquent pas, mais sont rares, ici)… eh bien j’ai hurlé et Petit-Un a accouru pour m’en débarrasser!

  2. Le gecko, ça va. Les fourmis, je pourrais aussi (quoi qu’un tel nombre, je doute). Mais les énormes cafards, les serpents, … iiiirk !
    Merci pour tes articles, en tout cas, grâce à toi je voyage en toute sécurité 😀

    1. Merci pour ton gentil commentaire! Ça me touche vraiment! En ce moment on vient surtout à saturation des fourmis, en fait… c’est la pleine saison et je dois faire un génocide toute les heures sur le plan de travail pour avoir encore l’impression de me sentir chez moi dans ma cuisine 😉

  3. Ah ah, j’adore !!! J’ai bien rigolé en imaginant le Gecko rêveur qui tombe d’un coup en pensant à sa Josette !

    Alors au Texas, on a un peu comme vous en fait, en moins virulent peut être… Je te passe les geckos, les cafards de 10 cms, les fire ants (fourmis de feu qui attaquent par dizaines si tu as le malheur de mettre le pied sur leur fourmilière), les serpents et bien sûr les moustiques endiablés…

    On a aussi beaucoup opossums, de tatous et de ratons laveurs (y’en a même un qui est tombé dans la cheminée de notre chambre une nuit à 2h du matin, poussant des hurlements de mort pour finalement réussir à ressortir au petit matin en nous laissant un petit cadeau… une invasion de puces !)

    L’avantage au Texas, c’est que, mis à part un des serpents qui est mortel et les fourmis rouges qui font un mal de chien pendant des jours, on ne risque pas une maladie comme vous pouvez avoir en Asie…

    1. Oh, vous avez une belle variété animalière, chez vous aussi! Quelle belle taille de cafards, dis donc! Je ne connaissais pas les fire ants, mais elles n’ont vraiment pas l’air sympa!
      Et j’ai adoré l’histoire de ton raton-laveur! Lui aussi devait penser à sa petite amie pour tomber dans la cheminée 😀 ! Mais quelle histoire! Vous n’avez pas du être rassures tout de même à l’entendre hurler ainsi! Et quelle horreur pour les puces!… Les puces et les poux m’angoissent pas mal d’ailleurs, parce que je sais pas comment je pourrais trouver les traitements adéquats ici, sans parler la langue locale…

      1. Ah, j’ai oublié de te dire : pour faire fuir le raccoon, qui avait élu domicile dans notre cheminée, j’ai appelé une compagnie qui a réussi à le faire fuir en pschittant tout autour de ma maison… de l’urine de coyote !!! Non mais franchement !

      2. Ahhh, l’horreur! Le remède est encore pire que le mal! Nan mais faut être un peu tordu pour penser a ca 😀 J’adore ces anecdotes qui donnent tant de saveur à la vie à l’étranger 😉

    1. Oh, merci 🙂
      Je crois que ta conclusion est très juste quand tu dis que l’on s’habitue à tout… Les poissons d’argent ne me disaient rien. J’ai donc cherché une photo sur Internet. Tu n’imagines pas mon mouvement de recul et mon frisson quand j’ai vu s’afficher la bête! Ça me rappelle des souvenir de mon enfance, et des traces grises qu’ils laissaient quand on les écrasait… Brrr! Non, donc, on n’a pas de poissons d’argent ici, et finalement tant mieux, parce que j’en ai sacrément perdu l’habitude 😉 (Je vais passer pour une sacrée poltronne, maintenant, hahaha!)

  4. C’est rigolo, j’ai commencé à réfléchir sur le même article pour le Japon 😉 A Tokyo, j’ai trouvé des cafards monstrueux (plus gros que le pouce), des araignées, des moustiques, de gros crapauds etc. Je n’ai jamais (encore ?) vu de serpent dans la ville, d’autres personnes oui, mais je ne suis pas pressée d’en croiser.

    1. C’est amusant! Du coup, j’espère que tu l’écriras vite, ton article, ça sera marrant de comparer! J’ai effectivement entendu parler des cafard japonais, qui sont me semble-t-il les cousins de ceux qu’on trouve ici.
      Je suis bien curieuse de savoir comment tu peux tomber sur un crapaud dans une si grande ville, en revanche! Il s’était échappé d’un restaurant? L’Asie a décidément une faune bien étonnante!

      1. Oh oui, ça serait rigolo, ça! Pas sûre de « gagner », tout de même… Tu dois avoir des serpents a sonnette, toi, non? Ils m’ont toujours terrifiée ceux-là!

Un petit commentaire me fait toujours plaisir...