«

»

Juil 08

Top 5 du snacking improbable en Thaïlande


En Thaïlande, le grignotage est une institution sociale.

Au bureau, ça commence dès le moment du petit déjeuner. L’on apporte de petites douceurs à partager avec ses collègues, pour maintenir les bonnes relations. L’on en laisse aussi quelques-unes sur le bureau du chef parce que c’est le chef. Apres la pause repas de midi, quelques collègues se désignent souvent pour éplucher des plateaux de fruits qui circuleront dans le bureau. Puis, dès trois heures, on ressort de petits encas. On ne va quand même pas risquer la fringale…

Le soir, on dîne tôt, voire très tôt. Puis l’on grignote encore des fruits ou de petits snacks, en famille ou entre amis, en regardant la télé ou en papotant. Le week-end, le snacking est aussi de toutes les sorties. Le moindre marché regorge de savoureux appels à la gourmandise. L’on achète quelques sachets pour la route et l’on s’équipe solidement pour la semaine. Le soir venu, les marchés de nuit ne sont pas de reste! Les marchands ambulants y modèlent sous les yeux du chaland des sucreries colorées et surprenantes, qui attirent tant par l’odorat que la vue. Bref, on ne se laisse pas aller!

Sauf qu’en plus des trucs « normaux », les Thaïs ont développé un goût particulier pour des snacks un peu suspects aux yeux des estomacs occidentaux… et qu’ils prennent un malin plaisir à les faire goûter à leurs potes étrangers, bien sûr! En tant que cobaye aguerri, voici mon petit top des douceurs insolites que l’on consommer volontiers au pays du sourire.

Etalage d'insectes sur un marche

Si les Thaïs en raffolent, soulignons que ces encas ne sont pas thaï uniquement. On les retrouve pour la plupart dans de nombreux autres pays d’Asie, avec des assaisonnements propres aux goûts locaux –soit par exemple, le chili XXL pour la Thaïlande!

 

Top 5 – Les cacahuètes épicées aux anchois

Je me suis en fait « auto-cobayé » pour celui-là! Et ça n’a pas été une totale réussite. Un après-midi paisible au bureau, j’ai soudain été prise d’une petite faim irrépressible de grossesse. Pas de soucis: la plupart des usines ont une épicerie pleine de snacks, rapport aux fringales fréquentes des ouvriers. Dans mon entreprise, une partie de notre salaire est même versée en tickets pour la cantine et l’épicerie. Et si l’on bosse bien, on gagne des tickets supplémentaires.

Rapport à mes nausées, je cherchais un truc bien salé et bien épicé, quand j’avise un paquet de cacahuètes aux piments et aux anchois. Ok, il faut être enceinte pour tripper sur un snack comme ça, mais ça m’a fait drôlement envie. En piochant négligemment dans le sachet, je retourne à mes tableaux Excel… Pas pour bien longtemps! Ce n’était pas de vagues piments mais des piments nucléaires. Ils m’ont fait tellement pleurer que je me suis planquée sous mon bureau le temps que ça passe! Et même qu’il y a un mec qui est entré à ce moment-là, que je me suis fait toute petite et que je n’ai pas bougé, que j’ai vachement flippe qu’il me trouve, jusqu’à ce que je voie avec soulagement ses chaussures de sécurité s’éloigner. Quant aux anchois – excessivement durs, au demeurant- ils n’ont franchement rien arrangé à mes nausées!

 

Top 4 – Les algues séchées

Certes, manger de l’algue séchée a quelque chose de surprenant… Mais détrompez-vous, c’est vraiment super bon! Il y a des modèles de base, qui ressemblent aux feuilles dans lesquelles on enroule les sushis, mais aussi des modèles bien plus élaborés, avec des algues grillées ou frites, et des arômes « piment », « barbecue » ou même « fromage ». Je n’ai d’ailleurs pas testé l’algue goût fromage… il faudra que j’essaye! Elles sont commercialisées sous forme de grandes feuilles, de petites feuilles ou même de rouleaux.

Algues

Au départ, l’algue séchée est certainement bien plus japonaise que thaï, mais cet encas a aujourd’hui envahi toute l’Asie. Chose étonnante, Petit-Un, qui a de très importantes phobies alimentaires, adore ces algues: c’est même le seul végétal qu’il ingère, avec la tomate du ketchup!

 

Top 3 – Le poisson séché

Il est huit heures du matin. Je vais commencer le « team briefing » et une petite admin toute mignonne me tend un grand sachet de calamars séchés, parfumés au miel. Là, ça dépend des jours. Il y a des jours où je ne peux pas. La poiscaille séchée à jeun, c’est dur, quand même! Mais parfois je me laisse tenter.

Sur le principe, ce n’est pas mauvais, le poisson séché. D’autant qu’il y en a pour tous les goûts. Il y a du poisson, du calamar, parfois du crabe. Il y a de l’industriel, avec une chair régulière et passée à la moulinette. Il y a de la production locale, qu’on voit sécher au soleil, aux alentours des ports de pêche: dans ceux-là, il reste souvent les arrêtes, mais ça peut aussi se manger, et ça croustille, même si c’est un peu étouffe-chrétien. Il y en a au goût salé, au goût nature, au goût de miel, au goût barbecue…

Poisson seche

Le long des autoroutes, dans les marchés locaux, l’on peut voir des étalages linéaires de ces gourmandises, que l’on achète au poids. Cela fait de très beaux éventaires! Mes préférences vont généralement aux productions « maison », au goût nature ou salé, mais sans arrêtes. Il faut donc se tourner plutôt en direction de gros poissons ou de calamars… Avis aux amateurs!

 

Top 2 – Les chips de graisse de porc

Pour préparer ce billet, j’ai eu un long débat hier avec deux collègues de mon usine (qui n’est pas une usine de chips de graisse de porc). Ils n’ont pas réussi à se mettre tout à fait d’accord sur le mode de préparation exacte de ces « chips ». Pour Sawannee, la directrice de production, il s’agit de peau de porc frite à l’huile. Pour Nattapong, le directeur achat, c’est de la graisse de porc « re-frite ». Les deux en revanche se sont accordés sur le fait que c’était très calorique. Je n’avais d’ailleurs aucun doute sur ce point!

Chips de gras de porc

Quoi qu’il en soit, c’est bon! Toujours pas pour le petit déjeuner, je m’entends. Mais ça, ça se consomme plutôt en accompagnement d’une bière fraiche ou d’un whisky à l’eau gazeuse (beurk), et franchement, c’est le pied! Vivement que je puisse picoler à nouveau!

 

Top 1 – Insectes variés

J’ai gardé en Top 1 les insectes, parce que je me suis doutée qu’ils feraient particulièrement plaisir à Grand-Tatie-Tout-Terrain. Oui, bon, ne faites pas les étonnés, parce que tout le monde sait bien qu’on mange des insectes en Thaïlande! On n’a pas encore goûté de toutes les sortes, mais je commence tout de même à avoir testé une petite palette. Papa-Tout-Terrain un peu moins: il est un poil pusillanime en la matière.

Insectes Frits - Delicieux

Ce que j’aime bien, c’est les insectes frits et salés. Bien frits, ils craquent sous la dent et font un peu chips! Les petits vers blancs jaunâtres, avec des mini pattes, sur la photo, étaient par exemple succulents. En Chine, j’avais aussi mangé des larves de vers à soie cuites à la vapeur, qui m’avaient fait le meilleur effet. Mais globalement, méfiez-vous des cuissons hors friture, parce qu’un insecte bouilli et mollasson, c’est tout de même moins ragoûtant!

Ce que j’aime nettement moins, outre les insectes bouillis, c’est les insectes pas assez salés. Imaginez-vous qu’on vous serve un plat de chips sans sel a l’apéro… ben ça ne donne pas très envie d’y retourner! Et même si parfois ils sont agréablement épicés, vraiment sans sel, ça ne me suffit pas!

Insectes avec des pattes qui se coincent dans les gencives

Ce que je n’aime pas du tout, pour finir, c’est les insectes avec de grosses pattes crantées. J’imagine que quand t’es insecte, ça doit être pratique pour t’accrocher. Mais quand tu deviens insecte frit, ça t’accroche sur les gencives de ton consommateur ou pire, sous ses gencives ou dans le fond de sa gorge. Ça peut devenir super dur à avaler et du coup, pas agréable du tout! A posteriori, je me dis qu’il faudrait peut-être que j’enlève les pattes, mais mes collègues mangeaient tout, donc je n’y ai pas pensé… Bon, à réessayer!

 

Cobaye: une vocation!

Pour l’anecdote, au fil du temps, j’ai acquis une réputation toute particulière au bureau, en incarnant l’étrangère qui accepte de tout goûter. (Voyez plutôt la photo des douceurs que mes collègues ont gentiment prépare sur mon bureau.) Ce doit être lié à mon gout prononcé pour l’inconnu, car j’ai parfois fait des découvertes pour le moins déroutantes. Du reste, je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous mon « top 1 ex-aequo », que je n’ai malheureusement pas pu intégrer dans cette liste, parce que je n’en connais pas le nom, que je ne l’ai pas pris en photo, et que j’ai même perdu de vue la collègue qui me l’a fait essayer…

Mon bureau et les gourmandises de mes collegues

Bref, c’était il y a deux ans, vers cinq heure, l’heure où l’on partage les goûters avant de démarrer les heures supp’. Une collègue un peu âgée, style mamie, m’apporte une feuille de bananier délicatement pliée, et qui contient une préparation d’ordre alimentaire, comme c’est souvent le cas en Thaïlande. J’ouvre. C’est rose tacheté de blanc. Et ça sent fort l’ail. Je goute. Ca a effectivement un goût d’ail très très prononcé, et aussi, c’est atrocement piquant.

Je me renseigne. Notez bien que je me renseigne toujours dans un second temps, histoire de ne pas être découragée a priori. Il s’agissait donc d’une saucisse maison, faite de viande de porc crue, marinée dans de l’alcool, et parfumée de piments et d’ail. Même en sachant ce que c’est, je n’ai pas trouvé pas si mauvais… mais vraiment très très aillé. J’ai sans doute ingéré ce jour-là deux ou trois gousse d’ail et n’ai plus osé ouvrir la bouche de la soirée. Mais j’ai aussi compris d’où venait l’odeur prégnante qui flottait parfois dans le bureau dès le petit matin…

 

Retour en Haut de Page

Partagez l'article... Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterEmail this to someone

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Laulau

    Bonjour, c’était juste pour des petites questions sur les algues séchées, les thaïlandais mangent ils vraiment ça nature ? Comme des chips pour nous en gros ? Je me demandais aussi si c’était vraiment populaire…

    1. Maman-Tout-Terrain

      Bonjour Laulau,
      Oui, exactement, les Thais pourront tout a fait manger des algues comme nous mangerions des chips, en snack, a n’importe quel moment de la journee. Il s’agit tout de meme d’algues retraitees, souvent frites, salee, avec parfois meme des saveurs artificielles, comme l’algue epicee, ou l’algue gout fromage.
      Ce sont des encas populaires en Thailande, mais qui viennent a l’origine de Coree et du Japon, ou ils sont encore bien plus consommes!
      Vous pouvez en trouver en France, dans les magasins asiatiques ou en vente par correspondance. A la maison, nous aimons beaucoup la marque « Tao Kae Noi ».

  2. Laura

    Ma question vient un peu tout fouttre en l’air avec son côté diététique mais… ils ne finissent pas tous gros, les thaïs, à force de grignotter comme ça en travaillant ? 😀

    1. Maman-Tout-Terrain

      Hahaha! Bien vu ta question! Comme tout le monde je crois, mes collègues sont un peu paradoxaux… Ils vont grignoter des cochonneries et à la cantine ils ne prendront pas de riz parce que ça fait grossir! Bref, ils sont gourmands, quoi, mais préoccupés par leur ligne!
      Globalement, les gens ici ont plutôt des constitutions fines, mais on voit de petites « réserves » dans le ventre et les hanches des grignoteurs les plus réguliers… J’imagine qu’on finit par tous être égaux devant la diététique 😉

      1. l0wra

        Et heureusement ! 😀 Merci de ta réponse ^^

Un petit commentaire me fait toujours plaisir...