Famille et Saucisson – Vacances en France

Malgré une longue disparition des radars de l’Internet, nous sommes bien rentrés de notre triathlon de Noël, après avoir brillé dans les épreuves « charcuteries », « fromages » et « desserts ». Non, nous n’avons pas été happés par le trou d’un Gruyère. Nous ne sommes pas non plus restés collés au fond d’un pot de Cancoillotte. Ni tombés en pâmoison lors d’une confrontation avec un Maroilles bien fait. Il nous a juste fallu cinq semaines pour récupérer et moi, parvenir à sortir un billet.

Comme tout le monde à Noël, on a profité de la famille et mangé de la dinde aux marrons. Et, comme c’est trop rare, on les a savourés à fond. (On n’a pas mangé la famille, c’est une image, bien entendu.) On est rentrés, plein d’étoiles dans les yeux, drôlement fatigués aussi, et avec pas mal de kilos en plus –dans les bagages, mais pas seulement…

Saucisson et pate - Vacances en France

 

C’était plutôt mal parti…

Pourtant, l’épopée de nos vacances en France n’avait pas très bien commencé. Nous avions dû anticiper notre départ in extremis, pour une sombre histoire d’ambassade et de papiers à faire à Paris, pour Miss-Trois. Parce que c’est complètement logique pour un bébé né à Bangkok de devoir demander son visa thaï à Paris. Il paraîtrait même qu’au regard des puristes, notre fille était illégale en Thaïlande depuis sa naissance, puisqu’elle n’avait franchi aucune frontière administrative avant de s’y établir. J’étais folle d’enthousiasme avant même de démarrer.

Nous sommes donc arrivés à Paris. Un jour de froid polaire, avec option pic de pollution, circulation alternée, accident de RER et grève des VTC. A la sortie de l’avion, on avait six heures pour relier l’ambassade de Thaïlande. Dans la théorie, c’était large.

On s’est présentés à l’agence de loc’ pour récupérer la voiture. Notre carte bancaire s’est mise en grève. (Ca doit être l’air de la France.) (Solidarité aux VTC.) Notre banquier n’a jamais répondu au téléphone. (A bas les banques. A bas la finance.) On a mis trois heures à réunir la rançon pour récupérer la caisse. Manque de pot elle était trop petite. Plus le temps de changer. On a pris la voiture et laissé les bagages (à la consigne, quand même). Notre GPS s’est perdu. On s’est guidés en suivant la Tour Eiffel. On a démoulé les enfants qui ont lancé des glapissements psychotiques quand ils ont compris qu’ils allaient devoir marcher dans le froid, pour de vrai. (En marche!)

 

Au fond du trou

C’est ainsi que notre vaillant équipage a triomphalement franchi l’entrée de l’ambassade de Thaïlande en France. Nous avons été chaleureusement reçus par un choc thermique. Curieusement, il faisait plus de trente degrés dans le bâtiment. Peut être pour rappeler la Thaïlande? C’est la patronne des lieux, une morue revêche, qui nous a accueillis. Elle nous a toisés de haut en bas et de droite a gauche (on était nombreux et en rang d’oignons) avant de nous assener gratuitement: « Quand on a un bébé, on le laisse à la maison! » Elle nous a finalement fait nos papiers, visiblement à contrecœur.

(En même temps, on n’avait pas besoin qu’elle nous tamponne le visa dans l’allégresse et les chants grégoriens. Cette dame a d’ailleurs bien fait de ne pas trop puiser dans ses réserves d’amabilité. Vu qu’elle n’en n’avait visiblement pas beaucoup, autant éviter de les disséminer bêtement.)

Premier jour en France - Vacances en France

Après, tout s’est amélioré! D’abord, on a trouvé une superette avec de la charcuterie et des fromages, et même une boulangerie avec du pain. (« Il en faut peu, pour être heureux, lalalalalalalala…« ). Nous avons fait ripaille. Comble du bonheur, aucune fourmi, aucun cafard n’est venu piétiner notre festin. J’étais joie et allégresse!

Le Premier Repas - Vacances en France

Et si nous avons traversé les petites tracasseries ordinaires du décalage horaire…

Premiere nuit en France - Vacances en France

 

Retour aux sources

… les vacances en France, ont vraiment débuté quelques centaines de kilomètres plus tard, quand nous avons enfin retrouvé les murs qui ont bercé mes jeunes années. Nous avons serré contre nous ceux qui nous sont si chers. Qu’il est doux de pouvoir, ensemble, sacrifier aux traditions vieilles de plusieurs générations! De goûter à nouveau aux saveurs de mon enfance. Sortir dans le jardin chercher le Père-Noel. L’attente, tous les sens en éveil. Le tressaillement ancestral en entendant sonner la cloche. Le même enthousiasme impatient quand les adultes nous appellent: « Le Père-Noel est passé! Je crois que j’ai vu un bout d’habit rouge dans la cheminée! »

Les poutres de la chambre ont toujours les chevilles épaisses que je contemplais, enfant, avant de sombrer dans le sommeil. La nuit y a les mêmes bruits d’oiseaux, de rongeurs, les mêmes grincements de vieille grange. Il n’a pas bougé, le coin de pavé centenaire où ma sœur s’était ouvert le front. La grande table où on l’avait recousue n’a même pas changé de place, d’ailleurs.

Charpente - Vacances en France

La maison a grandi avec nous. Au coin du feu, nous nous pelotonnions jadis en d’interminables jeux et de franches rigolades. L’on s’y enflamme aujourd’hui pour la politique et la littérature. La politique nous divise. La littérature nous réunit. A quelques pas de là, nos enfants ont repris nos amusements de jadis. Notre insouciance aussi. Jeux de cartes, de billes, de dames, Scrabble et Monopoly. Je la connais si bien cette ambiance de tripot. On soupire lorsqu’il faut aller diner, on planque un jeu des sept familles sous la table pour faire durer le plaisir avec les cousins… les adultes ne le soupçonneront pas…

Notre caverne d’Ali Baba devient petit à petit l’écrin de beaux souvenirs pour nos enfants. C’est chouette!

Coutumes de France - Vacances en France

Puis nos vacances ont obliqué sur les traces de Papa-Tout-Terrain, petit.

Autres Coutumes de France - Vacances en France

 

Chez Papa-Tout-Terrain

C’est follement amusant de découvrir avec lui les lieux qui ont bercé ses délices et ses joies, enfant. A peine arrivés, il faut sortir ses caisses de Legos, tellement garnies et profondes qu’on n’en voit jamais le bout. Petit-Un est si enthousiaste dans ses travaux de construction Legoesques que nous ne l’en verrons à peine émerger de tout le séjour.

Papa-Tout-Terrain a ressorti son jeu de roulette, aussi, qui captive les enfants. Son tee-shirt dédicacé par les copains d’école, et qui suscite le débat quant à la pertinence d’écrire sur ses habits. Sa photo avec le président Chirac, où il a l’air si minot (Papa-Tout-Terrain… et Chirac aussi à la réflexion). Et puis bien sûr, l’endroit  mythique où mon tendre et cher a marqué un stop artistique, en glissé-arrêté-mais-surtout-glissé, le jour de son permis… qu’il a loupé, d’ailleurs… semble-t-il a cause d’un escroc d’examinateur, malsain et sournois.

Plus encore, j’aime la compagnie de ceux qui lui sont chers. Ceux qui l’ont patiemment entouré, éduqué, aimé et aidé à grandir. Ceux grâce à qui Papa-Tout-Terrain est devenu un homme probe, courageux et aimant. Ceux grâce à qui Papa-Tout-Terrain est devenu mon amoureux. (Mon chéri, les compliments, c’est une avance pour la Saint Valentin, d’acc?)

Et les gâteries sans fin des grands-parents. La bûche à la crème au café, pour douze personnes, s’il vous plaît, achetée religieusement à l’intention de Petit-Un, et de Petit-Un uniquement, puisqu’il est le seul à l’aimer… « Mais il adore tellement ça ce petit… » Et les « crêpe-parties ». Deux fois en six jours. Pour s’assurer que les enfants s’habituent à la gastronomie française. Et la hotte du Père-Noel, si pleine que les coutures ont cédé cette année. (Fallait bien s’y attendre, à force…) Et Princesse-Punk, si petite et déjà couverte de fanfreluches, « parce qu’elle n’a que des frères, la pauvre… »

 

Découvertes et souvenirs…

Les vacances en France, c’est le dépaysement des plus petits, quand les plus grands retrouvent le goût de leurs madeleines d’antan. Certes, nos enfants nous ont parfois pris pour de dangereux illuminés, comme lorsqu’on exultait en revoyant une boîte postale jaune de notre jeunesse ou qu’on s’étouffait de joie devant une poubelle « à la française », avec des planches tout autour… Et je ne vous raconte même pas les « pfffffff » blasés, le jour où on a arrêté toute la troupe pour prendre en photo un banc public. Mais malgré leurs mines blasées, ces petits n’ont heureusement pas encore perdu tout de leurs capacités à s’extasier… Ils ont tant et tant aimé les tunnels qu’on s’est tapé des dizaines de bornes à les faire et les refaire dans les deux sens, rien que pour le plaisir!

Decouvertes de France - Vacances en France

 

Réussir une nuit d’hôtel avec des enfants


A la suite de la naissance de Petit-Deux, qui ne dormait jamais, Papa-Tout-Terrain a été un peu traumatisé et a longtemps refusé les nuits à l’hôtel: « … Et si c’était pire, encore?… » Pas de découragement! Une nuit hors de la maison change certes des cadres habituels, mais les jeunes enfants se réjouiront très vite de ces nouvelles expériences, pour peu que les parents aussi les envisagent sereinement et avec plaisir!

 

La Fiche Pratique en quelques mots:

  • Grâce à quelques petits trucs faciles à mettre en œuvre, anticiper l’organisation et le changement de paysage d’une nuit à l’hôtel vous permettra de partager de nouvelles expériences en famille, qui enthousiasmeront petits et grands!

Les points clé de la Fiche Pratique:

  • Bien planifier en amont
  • Comment gérer le bain à l’hôtel?
  • Qu’est-ce qu’on mangera?
  • Comment s’organiser pour le couchage?
  • Le check-out et le départ
  • Le Focus: Quelles solutions d’hébergement avec des enfants? –chambre d’hôtel avec ou sans lit d’appoint, suite ou « junior suite », chambres d’hôtel communicantes, chambre dans un Appart’Hôtel, chambre ou logement loué via Airbnb, échange de maisons…

 

Fiche Pratique – Réussir une nuit d’hôtel avec des enfants – Télécharger en PDF

 

Fiche Pratique – Réussir une nuit d’hôtel avec de jeunes enfants

Comme souvent en excursion avec nos enfants, notre philosophie est de voyager « avec » nos petits, et non « pour » eux. Que change finalement cette sémantique pointilleuse?…

Dans l’idée, nous ne souhaitons pas organiser nos sorties en fonction des enfants. A la place, nous tentons plutôt de nous simplifier la vie, de laisser de côté nos habitudes et d’apprécier les changements de notre environnement quotidien, pour le plaisir de chacun. Pas de Chocopics au petit déjeuner?… les enfants ont appris à raffoler de la bouillie de riz aromatisée à l’ail des petits déjeuners thaïs. C’est même devenu maintenant le petit « plus » de nos week-ends de balades.

 

Cette Fiche Pratique reprend et synthétise nos astuces et nos habitudes à l’hôtel, pour conserver quelques points de repères aux enfants tout en leur transmettant l’excitation et l’enthousiasme de la découverte!

 

Réussir une nuit d’hôtel avec des enfants – Télécharger en PDF

 

Cette Fiche Pratique vous a servi? Vous avez des questions? Vous souhaitez l’enrichir?… Laissez vos témoignages en commentaire!

 

L'Hotel de l'Amour

Photo: L’Hôtel de l’Amour en Thaïlande (Buriram), où nous avons été traités comme des rois!

 


Ça vous intéressera sûrement…

 

 

Retour en Haut de Page

Les enfants responsables de leurs valises – On a testé!

 

Pour la première fois, lors de notre tout récent tour de l’Isan, au nord-est de la Thaïlande, nous avons proposé aux enfants d’être en charge de leurs propres valises. Notre offre a remporté un franc succès. Malgré de petits soucis de mise en place, l’expérience a été concluante et a soutenu l’intérêt des garçons pendant toute la durée du séjour, tout en allégeant (un peu) la logistique pour les parents.

 

Premiers ennuis avec la liste des valises

Lors de notre dernière excursion, nous avions préparé les bagages un jour avant le départ, ce qui avait causé une énorme frustration pour les enfants. Une fois les valises prêtes, pourquoi ne pouvait-on pas enfin partir? Et pire encore, pourquoi fallait-il retourner une journée à l’école? Bref, cette fois-ci, nous avons opté pour un paquetage de dernière minute, qui a mieux répondu à la perception temporelle de nos petits-grands.

Liste des Valises Enfant

J’avais préparé le terrain à l’avance: une liste détaillée du contenu des valises en lettres et en dessin, à l’attention des enfants. Le nombre des tenues n’était pas spécifié, histoire de proposer une réflexion commune. J’ai revu, comme une formalité, l’ensemble des documents avec les enfants. A la fin de mon exposé, je n’ai lu que l’incompréhension dans leurs yeux… On a donc repris plus lentement… et surtout, il allait falloir adapter la méthode! Les principaux points de blocage:

  • Les enfants n’ont pas compris la vision matricielle proposée. Ils ont eu beaucoup de difficultés à se repérer dans le tableau et n’ont pas compris l’organisation en colonnes et en lignes. Présentation à clarifier mais conserver. Il me semble que cette compétence est à leur portée et leur sera utile.
  • J’avais prévu seize types d’accessoires par valise. C’est beaucoup trop. C’est très long à préparer et cela nuit d’autant à la lisibilité de la liste. Petit-Un (quatre ans et demi) a eu la concentration de préparer une petite dizaine d’éléments et Petit-Deux (trois ans) a laissé tomber après cinq. Sur des valises « week-end », je pense pouvoir laisser l’intégralité de la préparation aux enfants, mais pour des séjours longs, je leur proposerai pour l’instant une répartition des tâches.
  • La réflexion sur le nombre de tenues à prévoir en fonction de la durée du voyage n’a pas du tout intéressé les garçons. La fait qu’un seul accessoire de chaque type ne soit dessiné, a encore rajouté à la confusion. Combien de slips pour neuf jours de voyage? « Un. » « Aujourd’hui tu as besoin de combien de slips? » « Un. » « Et demain? » « Un. » Alors pendant deux jours tu as besoin de combien de slips? » « Un. » « Mais voyons, aujourd’hui un, demain un, ça fait deux… » « Mais t’as dessine qu’un seul slip… »J’ai finalement rempli les cases toute seule… et les enfants ont été incapables de me relire… je ne dessine pas les chiffres comme à l’école américaine qu’ils fréquentent. Bref, la prochaine fois je pré-imprimer ces champs!

Ca commençait plutôt mal. J’ai donc repris les listes des garçons et leur ai indiqué pas à pas la marche à suivre. « Nous avons besoin de neuf tee-shirts… allez chercher neuf tee-shirts!… »

 

Préparation du contenu des bagages

Les garçons ont donc choisi leurs neuf tee-shirts, avec un plaisir évident. Puis les shorts. Les chemises. Les slips. Pour finir par les chaussettes. Apres Petit-Deux a lâché prise. Puis le pull, le pantalon, les pyjamas, le doudou, et la Grand-Un a également abandonné, mais le principal y était!

Ensemble, nous avons coché la liste au fil de l’eau, en fonction des éléments préparés. Grand-Un a écrit un premier « OK », puis s’est rabattu sur de grand « X », moins contraignants. Petit-Deux a écrit certains « O » du « OK », car c’est une lettre qu’il affectionne particulièrement. Je trouve plaisant d’intégrer leur apprentissage de l’écriture dans des situations de la vie réelle.

Exercice d'ecriture

Les garçons ont choisi ensemble certains vêtements pour s’accorder et s’habiller pareil. Ils ont choisi des habits offerts par leurs grands-parents, des habits un peu trop petits qui leurs rappelaient de bons moments, et des habits qu’ils aimaient tout simplement. Alors bien sûr, quand le tee-shirt arrivait à la valise, je devais souvent un peu le replier… Que quand Grand-Un a fièrement décompté ses dix-sept tee-shirts, on a dû un peu négocier pour en laisser certains… Bien sûr, aussi, que quand Petit-Deux a choisi des chaussettes taille six mois –que j’avais eu la flemme de ranger dans les cartons « bébé »- j’ai été obligée de réexpliquer un peu, tests à l’appui, le principe et les notions de taille…

Ca y est, les enfants ont fini leurs valises!

On a tout rangé dans de petites valises qui nous servent habituellement de bagages à main en avion. Elles roulent et gardent une taille adaptée aux enfants. Tout de suite, ça a été le coup de foudre. Les valises ont été promenées aux quatre coins de la maison, ont servi d’accessoires, grandeur nature, pour jouer à l’aéroport et à l’enregistrement des bagages. A mon insu, Petit-Deux a rajouté un collier de perles multicolores ainsi que son short pour le lendemain, en boule, et que j’ai cherché plusieurs jours.

 

Les enfants responsables de leurs valises pendant le séjour

Pendant un peu plus d’une semaine, les garçons ont assume avec grand sérieux la responsabilité qui leur était confiée. Ils ont toujours tiré leurs valises d’un lieu à l’autre, ont chaque soir sorti leurs pyjamas et choisi leurs tenues tous les matins. Ils connaissaient bien le contenu de leurs bagages et s’en sont très bien tirés. J’ai pensé un peu tard à initier un « sac de linge sale » et à en expliquer l’usage. A ne pas oublier pour la prochaine fois: ça aide conserver une bonne tenue des bagages. Globalement pour moi, la logistique des vacances a été clairement allégée.

Les Valises sont pretes!

En pendant de cette autonomie nouvelle, nous nous sommes employés à respecter ou du moins accepter les goûts et choix des garçons, qui ont parfois opté pour des habits bien mal assortis ou peu adaptés, mais auxquels ils tenaient…

Au jour 6 par exemple, Petit-Un a avisé le pull rangé au fond de la valise, au cas où. Il faisait 38 degrés dehors ce jour-là, et la température est par la suite montée à 42. « J’ai froid, a-t-il déclaré, je veux mettre un pull aujourd’hui« . Et Petit-Deux de s’écrier que lui aussi voulait un pull. Nous avons expliqué que nous trouvions qu’il faisait tout de même plutôt chaud, avons montré le soleil, lu ensemble le thermomètre de la voiture qui indiquait un chiffre élevé, mais rien ne les en a fait démordre. Ils sont partis avec leurs pulls.

De dix minutes en dix minutes, nous tâtions le terrain pour vérifier si le pull était toujours indispensable. Petit-Deux n’a pas tenu longtemps. Petit-Un a été plus coriace, puis s’est résolu, en fin de matinée, à quitter sa pelisse avec regret: « mais je l’aime, mon pull, parce qu’il est très beau ». Une fois rassuré sur la beauté du polo qui était sous le pull, il n’a pas semblé fâche de retrouver un peu de relative fraicheur. Bref, s’habiller en adéquation avec son environnement, ça s’apprend aussi et ça se teste, en incluant quelques ratés!

Les Tresors Rapportes par Petit-Deux

En bonus, les garçons ont adoré pouvoir rassembler leurs souvenirs en un espace qui leur était propre. Petits cadeaux, savons d’hôtel, billets des musées… ils ont tout conservé et ont eu grand plaisir à retrouver leurs trésors, une fois de retour à la maison!

 

En conclusion

Une expérience, des responsabilités et un apprentissage tout neuf qui ont ravi les enfants et que les parents ont apprécié. Cela a demandé de notre part un encadrement différemment réparti, mais finalement pas plus contraignant qu’autrement. Et puis surtout, on garde au fond des yeux le sourire fier de nos petits-grands, à chaque fois qu’ils nous disaient: « Attends, c’est MOI qui prend MA valise »…

La prochaine fois, c’est dit, on remet ça, mais il va falloir que je retravaille mes listes et ma méthodologie!

 

 

Retour en Haut de Page

Les enfants font leurs valises

Petit-Un a bientôt cinq ans et Petit-Deux un peu plus de trois ans. Ils aiment gagner chaque jour en autonomie, et prendre de nouvelles responsabilités. Bref, nous avons deux petits garçons heureux de grandir. Grande première pour les vacances qui arrivent: chacun se chargera de préparer ses propres valises.
Comme les enfants commencent à s’intéresser aux supports écrits, aux mots et aux sonorités, nous avons préparé pour eux une liste du contenu attendu de leurs bagages. Nous reverrons le document en famille avant de lancer le projet!
Evidemment, nous envisageons plus cette activité comme un jeu que comme une obligation… Ne participeront que les volontaires… et tout volontaires qu’ils soient, nous ne les laisserons pas partir à poil s’ils oublient tous les slips, par erreur! Nous prévoyons bien sur une révision finale des valises avant le départ, et une session de rattrapage en cas d’oubli accidentel!

Valise

 

… Je reviendrai dans quelques temps pour un retour d’expérience sur le sujet.

 

Temporairement, je partage notre première version de la « Liste des Bagages Enfants ». Je prévois de la rallonger et l’optimiser pour mieux répondre aux soucis méthodologiques rencontrés par les garçons. J’ai juste besoin d’un poil de temps et d’une solution technique…

Liste Valise Enfant pour les Enfants

 

 

Retour en Haut de Page

Prendre l’avion avec un bébé

Les longs voyages en avion sont une petite aventure, et encore plus avec un bébé. Mais en laissant de côté ses appréhensions pas forcement rationnelles, et surtout en s’organisant un peu, un vol avec un tres jeune enfant n’est pas bien compliqué.

Il n y a pas d’âge minimum pour prendre l’avion pour un bébé en bonne santé, mais il est généralement recommandé d’attendre une semaine après la naissance, et d’avoir fait les premiers vaccins. Pour les trajets internationaux hors Union Européenne, votre enfant aura de toute façon besoin de son propre passeport, qui demande généralement plusieurs semaines, pour être établi. Chez nous, Petit-Un a connu son premier vol à vingt-huit jours, et Petit-Deux a quatre mois.

A l'aeroport

 

Réserver un bassinet bébé avant le départ

Le bassinet est le petit panier dans lequel le bébé dormira pendant le vol. Il est fixé juste devant le siège des parents. Pour le décollage, l’atterrissage et en cas de turbulences, le bébé doit rejoindre les genoux de ses parents. Cet équipement rajoute un vrai confort au temps de vol: le bébé aura son « lit » et vous pourrez vous reposer les bras.

Le bassinet se réserve d’abord au pré-enregistrement Internet, 48 heures avant le vol. Au moment de l’enregistrement, pensez cependant à bien le rappeler au personnel de la compagnie. Selon les compagnies, il y a un poids, une taille et/ou un âge maximum pour avoir droit au bassinet. Si vous y tenez, vérifiez les conditions à l’avance, histoire de « raccourcir » votre enfant d’un ou deux centimètres au besoin, lorsqu’ on vous posera la question.

 

Bien réfléchir au contenu du bagage à main

Le bébé a droit à « son » bagage à main, en plus de celui du parent. Je trouve qu’il est plus efficace de séparer les affaires du bébé pour les avoir à portée de main très rapidement. Moins le bagage à main est volumineux, plus c’est pratique, mais gare à ne rien oublier d’essentiel. Point principal: ne pas lésiner sur les couches. Le vol détraque parfois le transit des petits… plusieurs fois, nous avons dû jeter quelques bodys irrécupérables et malodorants dans les toilettes d’avions ou d’aéroports. Prévoir donc aussi des vêtements de rechange, des mouchoirs et des lingettes en grand nombre -en l’espèce, je privilégie l’efficacité à l’écologie. Rajouter enfin du Doliprane enfant, qui existe maintenant en mini dosettes toutes légères: je ne sais pas pourquoi mais c’est toujours pendant les trajets en avion que nos enfants faisaient de nouvelles dents et la gentille poussée de fièvre qui va avec…

On pensera bien sûr au Doudou. Pour les bébés non allaités, on n’oubliera pas biberons et/ou sucettes. Il y a souvent des petits pots fournis dans l’avion, mais pas toujours. Je prends donc généralement quelques gourdes de compote ou de soupe, qui évitent le transport et la manipulation de cuillères. A peu près tout le reste se trouve aisément durant le vol. Les boissons, les biscuits, petits pains et snacks sont soit en libre-service, soit s’obtiennent sur demande auprès du personnel de bord. On peut facilement solliciter des couvertures et coussins supplémentaires en cas de besoin

Coussin et couvertures

Poussette ou Porte-Bébé?

Selon les aéroports, la poussette va ou non jusqu’à la porte d’embarquement, et se récupère soit en descente de l’avion, soit avec les bagages -après la douane et avoir parcouru à pieds les dédales de couloirs de l’aéroport. A moins de bien connaitre les procédures des aéroports de départ et d’arrivée, je trouve qu’il est plus simple de planifier sans poussette que de se la voir retirée à un moment pas pratique. Chez nous, on met donc la poussette en bagage en soute et on compte sur les porte-bébés physiologiques, écharpes de portage et autres slings. Pour un tout petit, privilégier le sling ou l’écharpe, mais attention de savoir assez correctement manœuvrer la bête pour se sentir à son aise. Egalement en vol, un porte-bébé physiologique (ou autre écharpe) sera bien pratique, au cas où votre bébé ait besoin de ressentir le bercement de la marche. Je ne regrette jamais d’en avoir glissé un dans le bagage à main!

 

A l’aéroport

Arrivez en avance pour l’enregistrement des bagages. En cas de problème avec votre pré-enregistrement sur Internet, le personnel pourra rattraper le coup –et fera le maximum pour vous si vous avez des enfants – mais personne ne pourra plus vous aider si l’avion est déjà plein. Au moment de la confirmation des sièges, rappelez bien que vous aurez besoin d’un bassinet pour bébé.

A l’étape suivante,  je trouve toujours le contrôle de sécurité stressant, quand il faut faire vite et se déshabiller avec un bébé dans les pattes. D’ailleurs, le personnel n’est souvent pas aimable. Là on est contents ne n’avoir pas trop de bagages, pas de liquides, pas de ceinture, des chaussures plates qui ne sonnent pas… Pour éviter les liquides, on peut prendre des gourdes pour enfant vides, que l’on remplit au besoin, ou sinon acheter de l’eau après le passage sécurité.

Pour l’embarquement, les familles avec des bébés ou de très jeunes enfants ont la priorité pour entrer dans l’avion. N’hésitez pas: c’est bien plus pratique d’installer bagages et enfants tant que l’appareil est quasi vide.

Embarquement

 

Le décollage et l’atterrissage

Dans la plupart des compagnies, le personnel de bord vous fournira une ceinture bébé, qui permet d’attacher votre enfant sur les genoux, pour le décollage et l’atterrissage. Certaines compagnies estiment que la ceinture peut représenter un risque pour l’enfant (risque pour les os du bassin en cas de choc) et ne proposent pas de ceinture enfant. Je ne partage pas leur avis et estime qu’une chute représenterait un risque supérieur pour l’enfant. Dans ces cas-là, j’utilise un porte-bébé.

Au décollage et surtout à l’atterrissage, votre enfant est susceptible d’avoir mal aux oreilles à cause des variations de pression. La meilleure solution est faire téter votre enfant: biberon, sein ou sucette. Ces différentes solutions ont visiblement toutes fonctionné sur nos enfants. En tout cas, nous n’avons jamais rencontre ce type de douleurs.

 

Les activités en vol

A vingt-huit jours, Petit-Un a passé la moitié de son premier vol à observer le signe lumineux « no smoking », et l’autre moitié du vol à dormir. Le ronron de l’avion berce généralement bien, et même Petit-Deux, qui ne dormait jamais dans la vraie vie, a fait de belles siestes dans les airs.

Sur un vol long, la question des distractions devient problématique à partir du moment où l’enfant commence à savoir se déplacer. Un petit qui déambule sans arrêt dans les allées de l’avion est assez pénible pour les autres voyageurs. Il faut donc trouver à l’occuper autrement et gagner du temps. Les repas et le grignotage constituent un bon divertissement, avec des « découvertes » à répartir dans le temps: couverts, lingette parfumée, biscuits ou bout de pain… Un truc qui a bien marché chez nous c’était les céréales: une boite mini de Chocapics à grignoter a l’unité, ça dure vraiment longtemps!

Les boissons sont a disposition pendant les vols long courrier

Côte activités en tant que telles, le collage de gommettes fonctionne toujours très bien: nous utilisons pour cela les grosse gommettes rondes qui s’achètent par plaques et ne reviennent vraiment pas cher. Pensez aussi à de petites lectures si votre enfant aime ça. L’Ipad –ou autre écran- nous a également parfois dépannés: pour ces âges, on peut trouver quelques applications de musique ou comptines pour les tout-petits. Nous avons aussi une appli « Fireworks », que mon âme d enfant et moi-même apprécions autant que ma progéniture: il s’agit tout simplement de faire exploser des feux d’artifices en collant son doigt sur l’écran.

Dans les cas quasi désespérés, l’activité ultime, c’est d’aller changer la couche

 

Changer bébé en vol

Bien que petits, presque toutes les toilettes d’avion disposent de tables à langer. Le personnel de bord garde les cabines propres et je n’ai jamais rencontré de souci particulier. Plus encore, si votre petit a vraiment besoin de se rafraichir les idées, le change est une récréation à recommander.

Table a langer dans l avion

D’abord, on est tout seul dans les toilettes et on n’embête pas les autres voyageurs –à condition de ne pas faire ça dans les deux dernières heures du vol, quand tout le monde cherche à passer aux toilettes. Il y a plein de boutons et de petites portes, dans les toilettes, qui distribuent les serviettes douces pour se moucher, les serviettes rêches pour s’essuyer les mains, le papier WC en rouleau, le parfum, le savon… Il y a des voyants lumineux. Un miroir. On peut se laver les mains trois fois si le cœur nous en dit… Bref, ce n’est pas le paradis, mais une bouffée d’oxygène certaine, au cas où!

Toilettes de l'avion

 

Les compagnies où les enfants sont les bienvenus

Les compagnies d’Asie du Sud Est comme Thaï Airways et Malaysia Airlines sont vraiment très « Kids Friendly« . Le personnel de bord est plaisant et très arrangeant pour les enfants. Dans la mesure du possible, ils essayent toujours de trouver des sièges supplémentaires pour rendre le vol plus agréable. J’ai en revanche un moins bon souvenir de Vietnam Airlines, mais je ne sais plus pourquoi. Nous sommes peut être mal tombés.

On voyage bien aussi, avec un bébé, chez Air France, mais on sent les personnels de bord plus stressés et moins flexibles. Enceinte et avec deux enfants de deux ans et demi et quatre ans, on m’a refusé un embarquement prioritaire, car je n’avais plus de bébé de moins de deux ans. A prix égal, nous privilégions donc Thaï Airways.

En revanche lorsque nous habitions en Chine, nous évitions plutôt les compagnies chinoises, pour les long-courriers. Les personnels étaient certes très prévenants, mais les Chinois ont l’habitude de peu dormir, de beaucoup discuter, plaisanter, jouer aux cartes, se promener, manger (…) pendant les vols. En un mot, ces voyages étaient généralement bruyants et n’aidaient pas à la sérénité des enfants.

 

 

Vous penserez sûrement à d’autres trucs utiles à partager… Vos commentaires et ajouts sont les bienvenus!

D’autre part, si vous avez des applis pas cher à recommander, et qui ont eu du succès auprès de vos enfants, je noterai vos idées avec plaisir… pour des tests en famille dès notre prochain voyage!

 

 

Retour en Haut de Page