Wat Pa Maha Chedi Kaew, le temple au million de bouteilles

Wat Pa Maha Chedi Kaew - le temple au million de bouteilles

On n’en était qu’au deuxième jour de nos vacances, et ça commençait déjà à devenir l’enfer. Les garçons râlaient en continu et en voulaient toujours plus. Ca déteignait même parfois sur le bébé qui se mettait à geindre de concert.

Le matin même, il avait fallu parlementer longuement pour extirper Petit-Deux de la voiture à Prasat Bhumpone. Il faisait trop chaud. Il était fatigué. Et il avait pas aimé le petit déjeuner. Du coup il était pas contre des bonbons et du chocolat. Et il prendrait bien l’Ipad aussi. Tant qu’à faire, il voulait s’assoir à l’avant dans la voiture et choisir la musique… On l’avait mi-convaincu, mi-extrait du véhicule en soupirant. Si ça continuait comme ca, elles allaient être longues, ces vacances tant attendues.

 

La double légende du Wat Pa Maha Chedi Kaew, le temple au million de bouteilles

Ca ne s’est pas vraiment amélioré quand nous avons visité le Wat Pa Maha Chedi Kaew. Il s’agit pourtant d’un endroit très amusant: c’est un temple intégralement construit en bouteilles! Un jour, ou plutôt une nuit, le chef de la communauté religieuse a fait un rêve. En lieu et place de son monastère, a vu un temple rutilant de mille feux. Un temple d’or et de diamants. A son réveil, il a décidé qu’il le bâtirait. Ne manquait que le budget. Mais hélas dans ce coin desséché de l’Isan, il ne serait facile de réunir les fonds nécessaires à la réalisation de la prophétie. Le pragmatique abbé eut alors une idée ingénieuse: c’est un temple de bouteilles, qu’il élèverait pour son monastère!

Wat Pa Maha Chedi Kaew - le temple au million de bouteilles

C’est là que ma science s’effondre. Je suis sûre d’avoir lu cette légende quelque part, mais Wikipedia propose une autre histoire. Ne sachant plus laquelle choisir, je vous mets les deux. Dans cette version alternative, les moines de la région, soucieux d’aider la population locale à une meilleure gestion de leurs déchets, auraient commencé à récolter des bouteilles de bière, dans le début des années 1980. En 1984, les voyant s’entasser sans fin, ils eurent l’idée originale de les sceller dans les murs de leur temple en construction.

Wat Pa Maha Chedi Kaew - le temple au million de bouteilles

Quoi qu’il en soit, le résultat est saisissant! Le lieu est familièrement surnommé « le temple au million de bouteilles ». Et effectivement, ça saute aux yeux! Il y a des bouteilles partout: sur les murs, au sol, au plafond, et même dans les éléments décoratifs de l’architecture… Mieux encore, s’il l’on regarde attentivement, on notera que les représentations religieuses et certaines colonnades proposent des motifs en incrustation de capsules de bouteilles!

Wat Pa Maha Chedi Kaew - le temple au million de bouteilles

 

Là où ça commence à ne plus aller…

Le soleil se reflète dans le verre poli et fait luire l’ensemble, dans une harmonie un peu irréelle. Tout autour, d’autres bâtiments du même style ont été construits autour de l’édifice principal. Les cellules des moines, les toilettes, les palissades, le crematorium et le parking sont aussi de bouteilles. Ce n’est pas fini d’ailleurs et il semble que d’autres constructions soient encore en projet.

Wat Pa Maha Chedi Kaew - le temple au million de bouteilles

Il fait trop chaud pour Petit-Deux qui refuse de marcher. C’est vrai qu’il fait vraiment très chaud. Je le mets dans le porte-garçon. (C’est un porte-bébé normal, mais Petit-Deux, qui n’est plus un bébé, se vexe comme un pou si on ne dit pas porte-garçon.) Petit-Un veut aussi aller en porte-garçon. J’ai plus de place. Négociations. Il est d’accord de marcher s’il peut prendre des photos avec mon Reflex. Ok. Petit-Deux veut faire des photos aussi. Transfert de l’appareil. Je prends un coup d’objectif sur la tête. Aïe. Il va falloir descendre si tu veux prendre les photos mon chéri. Roulage par terre. En plus juste devant un moine que je n’avais pas vu jusque là. Et qui médite en plus. Nouveau round de blâme silencieux et ça repart.

Wat Pa Maha Chedi Kaew - le temple au million de bouteilles

Franchement, nous sommes plutôt sympas comme parents. Nous sommes prêts à comprendre que les enfants ont leurs besoins, leurs envies, leurs centres d’intérêt, et leurs moments de fatigue. Nous les écoutons et adaptons nos journées en fonction. En revanche, quand les garçons nous annoncent qu’ils ont la ferme intention de nous embêter toutes les vacances jusqu’à avoir un Ipad entre les pognes et bouffer des snacks, là, il y a clairement un souci de discernement de leur part.

 

Là où l’humeur empire encore…

Nous faisons une mise au point très ferme. Et on repart donner à manger aux poissons du temple. (Nous ne sommes pas des bourreaux non plus.)

Une vieille dame qui garde les lieux a repéré que nous promenions un bébé. Elle fait quelques gouzi-gouzi à Miss-Trois, me traîne à l’intérieur du temple et nous allume spécialement un ventilateur. Les gens sont si gentils ici! Miss-Trois est ravie de pouvoir crapahuter à quatre pattes au fond de la zone de méditation. Elle distrait quelques fidèles de leurs prières, le temps d’un selfie de groupe.

Wat Pa Maha Chedi Kaew - le temple au million de bouteilles

Quelques pas plus loin, je vois les garçons lancer des granules aux poissons. Ils s’amusent beaucoup de ces grosses carpes, happant goulument cette nourriture providentielle. Instant de grâce.

La visite se termine. Pas si mal finalement. Je passe chaleureusement remercier la vieille dame de tout à l’heure. Elle insiste pour donner une bouteille d’eau aux enfants. Petit-Deux refuse. La dame insiste. Petit-Un l’envoie balader. Je prends la bouteille. « Dites merci les enfants. » Un silence abyssal me répond. Je ravale ma honte et essaye de sauver les meubles. Par chance Miss-Punk adore faire « les marionnettes » en ce moment. Deux frétillements de poignets et voilà la vieille dame aux anges. Je m’éclipse le plus vite possible avant une nouvelle catastrophe.

Wat Pa Maha Chedi Kaew - le temple au million de bouteilles

Petit-Un est déjà dans la voiture et hurle comme un putois pour avoir de l’eau. Pendant que j’attache Miss-Trois et que Papa-Tout-Terrain range la poussette, nouvelle clameur. Une belle celle-là! J’ai même cru qu’il y avait un blessé. Pas du tout. Petit-Deux s’est juste renversé de l’eau dessus. On serre les dents et on lui sort une serviette de plage. Une chose est sûre, ce temple se souviendra longtemps de nous. Et pas forcément en bien.

 

Au fond du trou

Rien ne s’arrange au restaurant. Les enfants ne veulent pas de riz. Ils ont beaucoup d’humour. Car dans la campagne thaïe, il ne sera pas facile de trouver autre chose. De toute façons, subjugués par la contrariété, ils n’auraient même pas été contents si on leur avait servi des ortolans. L’heure est grave. Conciliabule. Pour couper court à la morosité, on décide d’abréger le programme de l’après-midi. On va aller faire plouf dans la piscine de l’hôtel!

Hélas, même les éléments se liguent contre nous. Un énorme orage éclate et nous nous retrouvons bloqués dans la chambre. Frustrés, les garçons organisent des bêtises bruyantes et dérangeantes. Papa-Tout-Terrain remet ses chaussures. « Venez les garçons, on va faire un tour de voiture! »

Je n’arrive pas à savoir s’il est fâché. S’il est fâché contre l’ensemblier, contre les garçons ou même contre moi. Pouf en deux secondes je me retrouve seule dans la chambre avec Princesse-Punk, comme deux ronds-de-flanc. Zut, les jeux de bébé! Trop tard. La voiture déjà partie… les jeux avec. Je me retrouve un peu bête. Qu’est-ce qu’on va pouvoir faire…

Eh bien on a fait notre première sortie entre filles. Nous sommes allées manger une glace à la fraise. (Enfin c’est surtout moi qui ai mangé pendant que Miss-Trois me regardait.) Puis quand le soleil est revenu, nous sommes parties à la piscine. Près de deux heures plus tard, nos petits hommes nous rejoignaient… transformés.

Cette partie de l’histoire, je vous la raconte comme Papa-Tout-Terrain me l’a racontée, parce que je n’y étais pas…

 

… et les pendules se sont remises à l’heure!

Assis dans la voiture, les garçons ont continué à se plaindre et à faire les idiots. Papa-Tout-Terrain était très en colère, en fait. Contre eux. Il leur a brièvement fait la morale avant de leur dire qu’il ne voulait plus leur adresser la parole, sauf pour un échange constructif.

Ca n’a pas beaucoup affecté les garçons qui ont poursuivi leurs pitreries. Puis ils ont boudé. Papa-Tout-Terrain a roulé dans la campagne environnante (et pris de belles photos). Sur les chemins de terre, ça cahotait un peu. Dans le rétroviseur, il voyait la tête des enfants bouger au gré des trous du chemin. Ca ne fait pas très sérieux pour des mecs qui boudent et Papa-Tout-Terrain a ri intérieurement. Toujours sans leur adresser la parole.

Campagne de Sisaket

Au bout d’un moment tout de même, les enfants se sont inquiétés. « On va où, au fait? » Pas de réponse. Vent de panique à bord. « Il nous ramène à la maisooooon! » Pas de réponse. « Nooooon, on ne veut pas rester tout seuls à la maisooooon! » Toujours pas de réponse. « On veut rester en vacaaaaances avec vooooous!… » « On promet qu’on sera saaaaages… »

La deuxième leçon de morale a été constructive et fort bien écoutée. J’ai retrouvé des enfants changés. Les mêmes, mais en mieux. Les trucs habituels de politesse et de vie en société, bien sûr. Mais surtout, ils nous disent merci. Apres un beau site, après un petit cadeau imprévu, après un bon repas, en regardant un joli paysage ou à la fin d’un joli livre, ils nous disent merci. Merci d’avoir fait cet effort pour nous. Merci d’avoir voulu nous faire plaisir. Nous sommes rentrés depuis deux semaines, mais la magie opère toujours et cette belle attention est restée. Merci à Papa-Tout-Terrain pour cette belle leçon de vie. C’est précieux.

 

 

Un mot pour la fin…

J’ai longuement hésité à relater ces incidents. Car même relous, on les aime nos enfants. Si j’ai finalement fait le choix de ce texte (la partie « enfants », hein, parce que le temple je vous l’aurais servi de toutes façon), c’est aussi pour remettre à sa place le concept du voyage en famille avec de (charmants) bambins. Ayant leurs individualités propres, ils sont parfois adorables mais parfois de mauvais poil, souvent mignons mais épisodiquement impolis, exigeants ou tout simplement las. (Apres tout, à moi aussi ça m’arrive d’être d’une humeur de dogue…) Bref, ils restent avant tout des enfants. Et il faut bien faire avec, parce qu’on espère encore les traîner dans nos voyages pour ne nombreuses années!

Partagez l'article... Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterEmail this to someone

24 réflexions sur « Wat Pa Maha Chedi Kaew, le temple au million de bouteilles »

  1. C’est une merveille ce temple! Et merci beaucoup de nous relater cette visite comme vous l’avez réellement vécue. Car parfois en lisant certains récits sur d’autres blogs, je désespère en me disant que je suis la seule à avoir des enfants qui ne me donne pas envie d’aller plus loin que le parc du village…;) Et surtout bravo à Papa-tout-terrain! Il gère ton homme! Je garde ce témoignage dans un coin de ma tête… qui sait ça peut toujours servir! Belle journée

  2. Super récit, super leçon de vie, super temple et surtout supers enfants ! Si ça peut te rassurer, ça arrive souvent que ça râle sec chez mes enfants pendant les vacances 😉 Dernière en date, on a été les pires parents du monde il y a 3 semaines au Costa Rica quand ils ont pas aimé les repas servis dans une ferme isolée au cœur de la jungle… et pas de bol en plus, on y est resté 3 jours !

    1. Ah voila! C’est exactement ca! C’est toujours en plein milieu de la jungle qu’ils veulent manger des escargots persilles… et quand on rentrent en France, ils opteraient plutot pour un bon riz gluant!
      Clairement, je suis obligee d’adherer a l’avis de tes enfants! C’est ignoble ce que vous leur faites subir! J’espere que tu nous raconteras le Costa Rica… Ca a du etre un voyage exceptionnel!

  3. J’adore la manière dont Papa-tout-terrain s’y est pris avec vos énergumènes. Si on avait encore une voiture j’appliquerai votre technique à la lettre parce que nos enfants-qui-foutent-la-honte-et-qui-font-la-gueule-quand-on-se-plie-en-quatre-pour-eux n’ont strictement rien à envie aux vôtres (et que nos vitupérations et leçons de morale sans le tour silencieux à la campagne ne sont pas du tout aussi efficaces). Vive vous, et merci pour les photos du temple aux bouteilles, j’ai adoré !

    1. Oh merci! Comme vous etes gentille!… Il est finalement rassurant de savoir que les enfants des autres ne sont jamais si dociles qu’il n’y parait 😉
      Moins couteux qu’une voiture, (et moins encombrant) il y a egalement la version « telephone » qui pourrait vous servir… Le jour ou j’ai degaine l’appareil pour appeler la nounou et lui demander de garder les enfants penibles pendant tout le week-end… lesdits enfants se sont calmes immediatement. Je n’ai meme pas eu besoin de composer le numero 😀

  4. je te dis merci !!!! merci car avec tout ce qu’on lit sur la blogo, c’est un peu les licornes a paillettes. et parfois on se demande si il n’y a que chez nous que ca part en cacahouète… oui il a des jours ou ils sont penibles, ou on fait les choses pour eux mais qu’ils s’en fichent en fait.. chez nous a plusieurs occasions c’est parti « en live » ! papa délire n’a pas la patience de papa tout terrain. chez lui il faut que ca marche droit, et avec tout ce qu’on fait « pour eux » il attend de la reconnaissance ou en tout cas une conduite irréprochable. bon je suis souvent la pour temporiser… et depuis quelques temps tout s’est apaisé. mais j’ai le souvenir de certains jours de vacances ou effectivement on les laisserait bien a la maison !!!

    1. Hahaha, je crois que c’est un peu une histoire de Papa de vouloir tout faire filer droit 🙂 Papa-Tout-Terrain a egalement quelques velleites dictatoriales, parfois… Mais la, ca fait six ans que je le bassine avec l’education non violente, et je commence a l’avoir a l’usure 😀
      Les enfants, en revanche, je crois bien que c’est intrinsequement relou par periode, et tout blog qui dit le contraire est un menteur 😉
      … Bon, en meme temps, de ce que je lis de tes enfants, ils ont globalement l’air super mignons 🙂

  5. Mais ne t’inquiète pas, ton récit rassure toute une armée de parents qui en bavent (surtout) pendant les vacances (bienvenue dans ma vie!).
    Et le « porte-garçon » m’a fait tellement rire!!

  6. J’ai souri… je crois que l’on vit tous ce genre de moment… Ici aussi des fois c’est mon homme qui, contre toute attente (il est un vrai papa gateau/gateux) trouve la solution…
    merci pour cette tranche de vie.

    1. Oui, ce sont des situations bien connues des parents :-)… Je pense que c’est le fait de pouvoir passer la main, quand on est a bout, qui peut grandement aider a trouver les bonnes solutions. On en joue beaucoup en tout cas, car ca nous permet de limiter les tensions 🙂

    1. La tyrannie parentale fonctionne toujours, trois semaines plus tard!
      Si je ne me trompe pas, tes filles sont beaucoup plus jeunes que nos deux aines, qui ont 4 et 6 ans. C’est plus facile de travailler ensemble sur des problematiques de long terme comme le respect, l’equilibre entre les differents membres de la famille, quand ils deviennent plus grands 🙂
      … a chaque age ses plaisirs 😉

  7. J’adore la technique de Papa-Tout-Terrain, pragmatique, sans un cri, efficace …
    Je la note dans un coin de ma tête pour un jour où nos enfants seront relou en vacances

    1. Depuis que j’ai lu des bibliotheques entieres sur l’education bienveillante, le pauvre Papa-Tout-Terrain n’a meme plus le droit de disputer trop fort les enfants 😉 Heureusement qu’il est fin psychologue et tres malin 😉

  8. Ah le temple fait avec des bouteilles, c’est unique et incroyable ! Mais les plus incroyables, ce sont tes enfants ! D’ailleurs, tu ne voudrais pas les louer ou les échanger avec les miens ? Pas sûre que tu y gagnes mais bon… Ou sinon, je confie mes enfants à ton mari pour un remontage de pendules, il a l’air de savoir s’y prendre comme un chef ? 😉 Très beau billet en tout cas, on sent ton amour pour tes enfants et vous avez l’air de former une très jolie famille ! Belle journée et à très bientôt !

  9. Le temple est surprenant !
    La poulette nous a déjà fait ce genre de… euh… de trucs… Je me souviens d’un épisode où je ferme la porte de la voiture après une épuisante balade en âne et de multiples négociations… Un papa m’interpelle : elle a 7 ans ? Moi : oui ! (air las et désespéré) Lui : on a le même modèle… (compatissant…) On a bien ri avec le barbare ^^
    Bisous

    1. Hahaha, j’aime beaucoup ton histoire! Le paradoxe, c’est que c’est souvent lors d’activites qui devraient leur plaire que les enfants peuvent devenir les plus insupportables. J’imagine que c’est peut etre de la faute des adultes, qui mettent involontairement la pression a l’enfant pour montrer qu’il s’amuse?…
      Une belle journee a toi!

  10. Bravo à Papa tout terrain ! Bien géré, dans le calme, au top ! J’avoue que dans de telles extrémités (une colère aux pieds d’un moine en méditation, là j’avoue que c’est particulièrement fort !), j’ai tendance à perdre mon sang froid… tout en sachant que ce n’est pas la bonne solution à long terme, même si elle peut fonctionner sur le moment. Sinon, ce temple est très original, il me fait penser, dans son délire, au facteur Cheval…

    1. Oui, Papa-Tout-Terrain est un fin psychologue et s’en sort tres bien dans la gestion des enfants! C’est tres confortable de pouvoir mutuellement se passer le relais quand l’un des deux n’en peut plus!
      En Thailande, les temples sont des lieux de culte mais aussi des « business » qui rapportent beaucoup d’argent. Du coup, les communautes rivalisent souvent d’originalite pour attirer les fideles curieux.

  11. Et bien moi ce texte me rassure vachement. Les voyages en famille c’est formidable mais pas tous les jours. Le temple est incroyable. Bonne journée a toute ta tribu. bisous

Un petit commentaire me fait toujours plaisir...